Les Philadelphia Eagles remportent le Super Bowl LII

A l’issue d’un match record, les Eagles battent les Patriots (41-33) et s’offrent ainsi le premier Super Bowl de leur histoire. Les deux attaques ont rapidement pris le dessus et les 1151 yards combinés sont un nouveau record. Nick Foles a su tenir le rythme de Tom Brady et Philadelphia fait la différence grâce à l’une des rares actions défensives du match.

Nick Foles a lancé et attrapé des passes de touchdowns pour aider les Eagles à remporter leur premier titre (AP)

Le film du match

Dès les premiers drives de ce match, on a compris que les attaques allaient prendre le dessus. Le premier quart-temps ne voit en effet que 4 drives, tous de de plus de 67 yards. Les Eagles ont la balle en premier et ils marquent des points d’entrée. Nick Foles rentre rapidement dans son match et trouve ses différents receveurs avec des jeux variés. Philadelphia cale finalement à quelques yards de l’en-but, Jake Elliott ouvre le score avec un field-goal de 25 yards (3-3). Sur le premier drive des Patriots, Tom Brady réplique rapidement, avec notamment une passe de 28 yards pour Chris Hogan. Mais New England ne concrétise pas non plus avec un touchdown, et Stephen Gostkowski égalise de 26 yards (3-3). 
Sur la possession suivante des Eagles, la domination offensive s’accentue et cette fois-ci ils parviennent à marquer le premier touchdown du match. LeGarrette Blount troue d’abord la défense des Pats pour un gain de 36 yards, puis Foles trouve Alshon Jeffery qui réussit une superbe réception en extension pour un touchdown de 34 yards (9-3). Elliott rate la transformation. Dans la foulée, Tom Brady ne s’inquiète pas et prend à défaut les lignes secondaires des Eagles avec une passe de 50 yards pour Danny Amendola. Les Pats tentent de scorer au sol mais n’y parviennent pas, et Gostkowski manque son field goal de 26 yards pour débuter le 2ème quart-temps.
Les défenses vont ensuite connaître un de leur seul moment fort. Les Pats force le premier et seul punt du match, mais ils n’en profitent pas derrière en ratant une 4ème tentative. Les Eagles récupèrent alors le ballon et ils vont faire le break. Nick Foles trouve Zach Ertz (19 yards) puis Alshon Jeffery (22 yards), et Blount troue une nouvelle fois la défense de son ancienne équipe pour marquer un touchdown de 21 yards (15-3). La conversion à deux points échoue. Touchés mais pas coulés, les Pats réagissent encore, avec notamment une passe courte de Brady pour Rex Burkhead qui se transforme en gain de 46 yards. Mais encore une fois, ils ne peuvent que repartir avec un field-goal (15-6).
La bonne tentative arrive finalement quelques minutes plus tard, après que les Pats aient récupéré la balle grâce à une interception de Duron Harmon. Tom Brady fait une nouvelle fois la différence sur une passe longue (43 yards pour Hogan), et James White répond à Blount avec une course de 26 yards pour le touchdown (15-12). Toujours bien en place offensivement, les Eagles vont refaire le trou avant la pause. Corey Clement transforme une passe courte en gain de 55 yards, puis Philadelphia termine la première mi-temps sur une magnifique action. Sur une 4ème tentative, Corey Clements hérite d’un snap direct, puis transmet la balle au TE Trey Burton, qui la passe pour Nick Foles en position de receveur. Le QB assure sa réception et les Eagles mènent 22-12 à la mi-temps.
Aux retours des vestiaires, les deux équipes continuent sur le même rythme fou, et vont enchaîner 6 drives avec des points. Les Pats recollent d’entrée avec un drive de 75 yards et quatre passes (63 yards) de Brady pour Rob Gronkowski, dont un touchdown (22-19). Conscients de leur force en attaque, les Eagles ne paniquent pas et répondent du tac au tac. Le jeu au sol est performant avec Blount et Ajayi, Nick Foles varie avec des passes courtes et moyennes et trouve finalement Corey Clement pour un beau touchdown de 22 yards (29-19).
Après un drive concentré sur Gronkowski, les Pats vont faire la différence grâce à Chris Hogan et Danny Amendola. Les deux hommes font avancer l’équipe, et Hogan marque sur une passe de 26 yards de Tom Brady pour permettre à New England de revenir une nouvelle fois (29-26). La fin du 3ème quart-temps marque un petit répit puisque les Eagles ne parviennent pas à terminer le drive cette fois. Jake Elliott marque tout de même 3 points au début du 4ème quart-temps (32-26).
Sûr de sa force et fort de son trophée de MVP, Tom Brady entre en scène une nouvelle fois, pour tenter de donner l’avantage pour la première fois à son équipe. Une mission qu’il réussit, grâce notamment à une belle passe de 30 yards pour Amendola et un touchdown pour Gronk évidemment (32-33). Les Eagles vont alors se montrer calme et commencer à manger le chrono tout en avançant régulièrement. Le jeu au sol est bon, Nick Foles réussit les passes courtes qu’il faut (dont une sur 4th down), puis quelques passes un peu plus longues qui rapprochent Philly de l’en-but. Le QB trouve finalement Zach Ertz pour redonner l’avantage aux Eagles à 2 minutes 20 de la fin (38-33).
Puis, sur le drive suivant, intervient le tournant du match. Tom Brady ne voit pas arriver Brandon Graham, qui s’offre le seul sack du match et qui force un fumble, récupéré par Derek Barnett. Derrière, Jake Elliott donne 8 points de marge à son équipe avec un field-goal de 46 yards (41-33). Tom Brady a alors un peu plus d’1 minute (et aucun temps-mort) pour égaliser. Les Pats réussissent à atteindre la mi-terrain mais l’Ave Maria final ne trouve personne. Les Eagles sont champions !

Nick Foles, MVP du Super Bowl

Quel destin pour Nick Foles, qui est passé de backup à MVP du Super Bowl en quelques mois. A deux doigts de la retraite il y a deux ans, après des saisons ratées et un avenir flou, Foles a su se remotiver et prendre ses responsabilités après la blessure de Carson Wentz. Bon voire excellent tout au long des playoffs, il parachève sa campagne par un superbe match où il a largement contribué au succès de son équipe. Avec 373 yards, 3 passes de touchdown et 1 autre comme receveur, il a su tenir tête au plus grand joueur de l’histoire de ce sport. Chapeau.

Nick Foles, de backup à MVP du Super Bowl (Getty)

Tom Brady et la malédiction du MVP

On ne pourra pas trouver grand-chose à redire de la prestation de Tom Brady, qui a fait tout ce qu’il a pu pour garder son équipe dans le match. Avec 505 yards au compteur (nouveau record du Super Bowl), et 3 TD, il a découpé une défense de Philadelphia qui n’avait pas encaissé plus de 10 points depuis le début des playoffs. Sa seule erreur est clé, puisqu’il perd la balle sur le seul sack du match, mais la responsabilité est partagée avec son lineman.

Les réactions

Doug Pederson (coach des Eagles) : Inspiré dans ses décisions, face à la référence Belichick, le coach de Philadelphia a dit « suivre son instinct ». Il s’est montré « content pour le vestiaire, qui a su faire mentir les gens qui les ont sous-estimés après la blessure de Carson Wentz ». Pederson est également revenu sur le match de son QB, et s’est montré « très heureux » pour Nick Foles, tout en répétant que « lui, son staff et les joueurs avaient confiance en lui. Il a conclu avec quelques mots pour «la ville de Philadelphia, et ses fans qui attendaient ça depuis longtemps ». Pederson est « content de rapporter le trophée Lombardi et a hâte de célébrer avec eux ».
Nick Foles (QB des Eagles) : MVP du Super Bowl, le QB a déclaré qu’ils « avaient abordé le match comme tous les autres de la saison, et qu’ils se sont battus, même face au meilleur QB et coach ». Foles a aussi tenu à féliciter un « vestiaire spécial ». Il s’est dit « logiquement un peu nerveux avant le match, mais globalement calme ». Il est également revenu sur l’action où il attrape une passe de touchdown, en avouant « qu’ils l’avait travaillé depuis le début des playoffs, et qu’ils ont jugé que c’était le bon moment pour le faire ». Le QB est également revenu sur les moments difficiles de sa carrière, et disant qu’el était « revenu grâce à Dieu. Lui aussi est revenu sur « la longue attente des fans de Philly ». Drafté par Eagles, il est « particulièrement heureux de faire partie de la première équipe à remporter ce titre ».
Bill Belichick (coach des Patriots) : Evidemment déçu, Belichick s’est montré « fier de ses joueurs qui se sont battus pendant 60 minutes ». Il a également concédé que « ça n’avait pas été suffisant face à une très bonne équipe de Philadelphia », en n’oubliant pas de donner du crédit à Doug Pederson. Il a admis que son équipe avait été « moins bien dans coaching, pas assez bonne en défense, et qu’elle avait laissé des opportunités en attaque en 1ère mi-temps ». Il a félicité une dernière fois ses joueurs, « champions de l’AFC » tout en répétant que « la fin de saison était difficile et décevante ».
Tom Brady (QB des Patriots) : S’il a admis que « perdre n’était jamais agréable », Brady a admis que les Pats « n’ont jamais vraiment été maîtres du match », et qu’il est « difficile d’appliquer son jeu et de gagner dans ces conditions ». Pour lui « ils ont eu des opportunités, qui ont été mal négociées, notamment en première mi-temps où ils ont gagné beaucoup yards mais pas marqué beaucoup points ». Brady a également félicité le match des Eagles « qui ont été très bons et qui ont exécuté beaucoup de belles actions ». Il est également revenu sur les sack et son fumble, en disant que les Eagles « ont sur faire l’action que l’on n’a pas su faire. Interrogé sur la saison prochaine, il a déclaré « ne pas voire pourquoi il ne reviendrai pas ».

Les stats du match

PHILADELPHIA EAGLES NEW ENGLAND PATRIOTS
Passing Passing
Nick Foles 28/43, 373 yards, 3 TD – 1 INT Tom Brady 28/48, 505 yards, 3 TD
Rushing Rushing
LeGarrette Blount 14 courses, 90 yards, 1 TD James White 7 courses, 45 yards, 1 TD
Receiving Receiving
Corey Clement 4 réceptions, 100 yards, 1 TD Danny Amendola 8 réceptions, 152 yards
Alshon Jeffery 3 réceptions, 73 yards, 1 TD Chris Hogan 6 réceptions, 128 yards, 1 TD
Zach Ertz 7 réceptions, 67 yards, 1 TD Rob Gronkowski 9 réceptions, 116 yards, 2 TD
Defense Defense
Brandon Graham 1 sack, 1 fumble, 2 plaquages Duron Harmon 1 interception, 5 plaquages
Jalen Mills 9 plaquages, 2 passes déviées Devin McCourty 7 plaquages, 2 passes déviées

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *