NFL

Chiefs vs Patriots – Présentation de la finale de conférence AFC

Les deux meilleures équipes de l’AFC ont remporté assez facilement leurs demi-finales, profitant au mieux de l’avantage du terrain. Les Chiefs ont marqué leurs 30 points standard tout en s’appuyant sur une défense retrouvée, alors que les Pats ont très vite pris le large face aux Chargers avant de gérer. Ce duel s’annonce épique entre le meilleur QB de l’histoire et le meilleur QB de la saison. Les Pats s’appuieront sur leur expérience à ce niveau, pour tenter de battre des Chiefs qui joueront avec confiance devant leur fans. 

Où et quand ? 

  • Lundi 21 janvier, à 00h40
  • Arrowhead Stadium, Kansas City

Précédemment dans la saison

En tête de leur division et de la conférence AFC dès le début de saison grâce à un départ canon, les Chiefs se sont un peu relâchés sur la fin et ont du attendre les dernières semaines pour s’assurer le titre de l’AFC West et la première place dans la conférence. A domicile donc pour leur entrée en lice dans les playoffs, les Chiefs ont déroulé face aux Colts (31-13). L’attaque a continué sur sa lancée malgré les conditions difficiles, mais c’est surtout la défense qui a monté sérieusement son niveau de jeu. 

Pour les Patriots, la saison 2018 a ressemblé au 10 précédentes puisqu’ils ont remporté la division AFC East pour la dixième fois de suite. Opposés aux Chargers la semaine dernière en demi-finale de conférence, ils ont déroulé pour se qualifier pour une 8ème finale d’AFC consécutive. Les Pats ont une nouvelle fois montré la qualité de leur préparation, de coaching et d’exécution sur le terrain.  

Les deux équipes se sont déjà rencontrées cette saison, lors de la week 6. A l’image du match de dimanche face aux Chargers, les Patriots ont pris un gros départ (24-9 à la mi-temps) avant que Patrick Mahomes ne trouve la solution. Après plusieurs changements de leader et une égalisation de Kansas City à quelques minutes de la fin, les Pats s’étaient finalement imposés sur un field-goal à la dernière seconde (43-40). 

Comparatif statistiques des équipes


Kansas City New England
Attaque

Yards (Total) 425.6 (1er) 393.4 (5è)
Yards à la passe 309.7 (3è) 266.1 (8è)
Yards au sol 115.9 (16è) 127.3 (5è)
Points par match 35.3 (1er) 27.2 (4è)
Défense

Yards alloués (Total) 405.5 (31è) 359.1 (21è)
Yards alloués dans les airs 273.4 (31è) 246.4 (22è)
Yards alloués au sol 132.1 (27è) 112.7 (11è)
Points encaissés par match 26.3 (24è) 20.3 (7è)

Comparatif par positions

Quarterbacks

  • Chiefs – Patrick Mahomes 
  • Patriots – Tom Brady

Le duel des quarterbacks est évidemment le grand sujet de cette finale, puisque deux générations s’affrontent. D’un côté, surement (on laisse le débat ouvert) le meilleur joueur de l’histoire en Tom Brady, et de l’autre, le meilleur joueur en NFL cette saison en Patrick Mahomes. MVP la saison dernière, Brady affronte son probable successeur. 

Le QB des Pats n’a pas fait sa saison la plus aboutie de sa brillante carrière, mais ses standards sont très élevés. Il a ainsi terminé la saison régulière avec 65.8% de passes réussies, 4 355 yards et 29 touchdowns (pour 11 interceptions). Mais il nous a rappelé au tour précédent que son leadership et son expérience en playoffs sont inégalés, en étant chirurgical face aux Chargers. 

L’expérience, c’est d’ailleurs ce qu’il manque au jeune QB des Chiefs. Mahomes a débuté moins de match en carrière que Brady en a joué en playoffs, et il a fait ses débuts à ce niveau la semaine dernière. Les conditions difficiles ont un peu ralenti sa productivité mais il a tout de même été très bon. Lors de la saison régulière, sa première comme titulaire, Patrick Mahomes a lancé pour 5 097 yards et 50 touchdowns (12 interceptions), des chiffres tout simplement incroyables à son âge. Le QB de Kansas City est en train de redéfinir le poste de quarterback, avec sa mobilité, ainsi que des passes et des mouvements encore jamais vus. 

Verdict : match nul

Running-backs

  • Chiefs – Spencer Ware, Damien Williams, Darrel Williams 
  • Patriots – Sony Michel, James White, Rex Burkhead

Le renvoi de Kareem Hunt a été un coup dur pour l’attaque de Kansas City, qui a perdu l’un des meilleurs running-backs de la ligue. Impossible de le remplacer en cours de saison, et il a donc fallu composer avec les autres joueurs disponibles. Spencer Ware est le numéro 2 naturel, mais a connu quelques soucis de blessures. C’est donc Damien Williams qui a été le plus en vue dernièrement, et notamment au tour précédent (129 yards et 1 TD face aux Colts). Les Chiefs varient leur jeu au sol, en changeant souvent de porteur de balle et en incluant même Tyreek Hill ou Patrick Mahomes. 

Adepte de cette variation, mais comme vrai système, Bill Belichick a trouvé un running-back de confiance pour mener son backfield. Sony Michel s’est en effet imposé dès sa première saison, avec un total de 931 yards et 6 touchdowns. Le rookie a d’ailleurs confirmé lors du premier match de playoffs, en marchant sur la défense des Chargers (129 yards et 3 TD). James White, également utilisé au sol mais moins performant, peut ainsi se concentrer sur les phases aérienne. Le RB a terminé leader de NFL à sa position avec 87 réceptions (pour 751 yards et 7 TD). Une tendance qui s’est également confirmée au tour précédent puisque le RB a été omniprésent avec pas moins de 15 réceptions (pour 97 yards). 

Verdict : avantage New England

Corps de receveurs

  • Chiefs – Tyreek Hill, Sammy Watkins, Travis Kelce, Chris Conley, Demarcus Robinson
  • Patriots – Julian Edelman, Chris Hogan, Rob Gronkowski, Phillip Dorsett, Cordarrelle Patterson

Difficile de trouver mieux que le corps de receveurs des Chiefs, tant en qualité qu’en diversité. Tyreek Hill fait partie des meilleurs receveurs de la ligue cette saison avec ses 87 réceptions, 1 479 yards et 12 touchdowns. Sa vitesse a souvent pris à défaut les défenses adverses. Il y a également Travis Kelce, le meilleur tight-end de NFL actuellement, qui affiche 103 réceptions, 1 336 yards et 10 touchdowns en saison régulière. Et derrière ces deux fantastiques options, la profondeur est plutôt très bonne, avec Sammy Watkins en particulier. 

Pendant de nombreuses saisons, Rob Gronkowski était le meilleur receveur des Pats et l’option numéro 1 pour Tom Brady. Mais les temps ont changé et le TE n’est plus à son meilleur niveau, même s’il s’est montré précieux avec ses blocks au tour précédent. Les deux receveurs les plus sûrs pour Brady sont Julian Edelman (74 réceptions, 850 yards, 6 TD) et le RB James White (87 réceptions, 751 yards, 7 TD), mais tous les deux sont des options pour le jeu court. Dans la profondeur, Chris Hogan et Phillip Dorsett sont des receveurs corrects, pas plus. 

Verdict : avantage Kansas City

Ligne offensive

  • Chiefs – Eric Fisher, Cam Erving, Mitch Morse, Andrew Wylie, Mitchell Schwartz
  • Patriots – Trent Brown, Joe Thuney, David Andrews, Shaq Mason, Marcus Cannon

La ligne offensive des Chiefs n’est peut être pas au niveau des trois autres présentes sur ces finales de conférences, mais elle reste solide et excellente lorsqu’elle doit bloquer en avançant. Eric Fisher et Mitchell Schwartz sont deux très bons Tackles, Mitch Morse est un centre solide, et ce sont les deux Guards qui sont les plus vulnérables. Andrew Wylie et surtout Cam Erving ont souvent été mis en difficulté à l’intérieur cette saison. 

Comme elle l’a démontrée encore face aux Chargers et l’excellent duo de pass-rusher Joey Bosa – Melvin Ingram, la ligne offensive des Pats est excellente. Plusieurs joueurs comme le Centre David Andrews, le Right Tackle Marcus Cannon et le Left Guard Joe Thuney, sont des linemen de qualité, et Shaq Mason est peut-être le meilleur Right Guard de NFL cette saison. Trent Brown, qui a eu la mission de remplacer Nate Solder sur le blind side de Brady, a été plus irrégulier mais il a montré ses qualités au tour précédent avec un match presque parfait. 

Verdict : avantage New England

Ligne défensive

  • Chiefs – Chris Jones, Derrick Nnadi, Allen Bailey
  • Patriots – Lawrence Guy, Malcolm Brown, Danny Shelton

Les Chiefs ont du mal à contrer le jeu au sol et les soucis commencent devant avec une ligne défensive friable dans ce secteur. La star de cette première ligne de défense est clairement Chris Jones, mais plutôt dans le secteur de la pression sur le QB adverse. Meilleur pass-rusher à l’intérieur qui ne s’appelle pas Aaron Donald, il affiche 15.5 sacks en saison régulière. 

Les Patriots jouent en général à 4 devant, il faut donc associer Trey Flowers et Deatrich Wise aux trois joueurs nommés ci-dessus. Ces trois joueurs sont des spécialistes du jeu au sol, et Lawrence Guy est l’une des références cette saison en NFL. Brown et Shelton se sont partagés les snaps. Aborder Trey Flowers sur ce secteur est essentiel car il est un excellent défenseur au sol depuis l’extérieur. 

Verdict : avantage New England

Edge

  • Chiefs – Justin Houston, Dee Ford
  • Patriots – Trey Flowers, Deatrich Wise, Adrian Clayborn

Avec 52 sacks, Kansas City a terminé co-leader de NFL dans ce secteur (à égalité avec Pittsburgh). Une partie de ce total vient de l’intérieur avec Chris Jones, mais d’autres grosses menaces se trouvent sur les extérieurs avec Justin Houston et Dee Ford. Le premier affiche 9 sacks cette saison et le second 13. Ce duo a montré face à Indianapolis qu’ils pouvaient aller mettre la pression sur n’importe quel QB, même un Andrew Luck qui était protégé par la meilleur ligne offensive de la ligue. 

En plus d’être l’un des meilleurs défenseurs de l’équipe au sol, Trey Flowers est aussi le meilleur pass-rusher (7.5 sacks cette saison). Il a été un peu seul puisque les Pats manquent globalement de joueurs capables d’aller chercher les QB adverses régulièrement. Adrian Clayborn le fait de temps en temps et Kyle Van Noy apporte également quelques pressions depuis son poste de linebacker. 

Verdict : avantage Kansas City

Linebackers

  • Chiefs – Anthony Hitchens, Reggie Ragland, Dorian O’Daniel
  • Patriots – Dont’a Hightower, Elandon Roberts, Kyle Van Noy

Soyons clair, les linebackers intérieurs des Chiefs ne font pas une bonne saison. Souvent battus dans le jeu au sol et/ou en couverture, ils sont en partie responsable des mauvaises performances de la défense de Kansas City. Prenez Anthony Hitchens par exemple, qui affiche un total ronflant de 116 plaquages, mais qui a souvent couru après ses adversaires. 

Chez les Pats, Dont’a Hightower est la tête d’affiche, même s’il est moins bon qu’il y a quelques saisons. Il reste néanmoins un linebacker complet, qui sait faire un peu de tout. Les autres linebackers titulaires, comme Roberts ou Van Noy proposent également des profils similaires, ce qui permet à ce corps de linebacker de ne pas avoir de gros point faible. 

Verdict : avantage New England

Cornerbacks

  • Chiefs – Steven Nelson, Kendall Fuller, Orlando Scandrick
  • Patirots – Stephon Gilmore, Jason McCourty, J.C Jackson, Jonathan Jones

Les Chiefs font partie des équipes qui allouent le plus de yards dans les airs cette saison, difficile donc de trouver des joueurs très à l’aise derrière. Steven Nelson, Kyle Fuller et Orlando Scandrick sont tous les trois des cornerbacks compétents, mais qui ont besoin d’aide de la part du front-seven. 

Sur la saison régulière, Stephon Gilmore est l’un des meilleurs CB en couverture de NFL. All-Pro, il est capable de prendre le dessus sur son receveur et de le sortir du match. Face à Kansas City, il sera vraisemblablement aligné face à Sammy Watkins. Mais les Pats peuvent aussi compter sur une profondeur intéressante à ce poste, avec un Jason McCourty performant et un J.C Jackson étonnant. Ce dernier est en effet un rookie non drafté. 

Verdict : avantage New England

Safeties

  • Chiefs – Eric Berry, Daniel Sorensen, Eric Murray, Ron Parker
  • Patriots – Patrick Chung, Devin McCourty, Duron Harmon

Les Safeties des Chiefs sont tous des athlètes, capables d’aller prêter main forte au linebackers, mais ils manquent globalement d’instinct et de qualités en couverture. C’est ici que la présence d’Eric Berry fait la différence. Ce dernier est souvent bien placé, sait récupérer des balles et il est un leader pour les lignes secondaires. De retour de blessures lors de la week 15, il n’a pas joué face aux Colts, mais Andy Reid espère pouvoir compter sur lui dimanche. 

A New England, Devin McCourty, frère de Jason, est performant depuis de nombreuses années. Solide aussi bien en couverture qu’au sol, il est le catalyseur des lignes secondaires des Pats. En ce qui concerne Patrick Chung et Duron Harmon, les performances sont plus irrégulières, et les deux joueurs peuvent être battus. 

Verdict : match nul

Equipes-spéciales

Harrison Butker est un kicker sûr, qui a réussi 94.2% des transformations et 88.9% des field-goals cette saison. Il est en revanche un peu moins fiable sur les coups de pied longue distance. De son côté, Dustin Colquitt est l’un des punters les plus sûrs de NFL. En ce qui concerne les retours, difficile de faire mieux que les Chiefs, qui ont Tyreek Hill pour les punt et Tremon Smith pour les kickoff. 

Longtemps le meilleur kicker de la ligue, Stephen Gostkowski a un peu plus de déchet aujourd’hui (84.4% des field-goals réussis). Il reste néanmoins un kicker de qualité. Ryan Allen est un punter correct. En ce qui concerne les retours, Cordarrelle Patterson reste l’un des meilleurs spécialistes, et il a déjà marqué cette saison. 

Verdict : match nul

Sony Michel reste sur une grosse performance lors du premier tour des playoffs (NESN)

Les clés du match

La défense des Chiefs doit stopper Sony Michel

Pas besoin de s’inquiéter pour l’attaque de Kansas City, qui peut marquer 40 points à n’importe quelle équipe de NFL. Les craintes viennent plutôt d’une défense, qui pointe en fond de classement dans bon nombre des catégories majeures. La performance face aux Colts a quelques peu rassurée, mais que vaut un match (même en playoffs) face à 17 ? L’un des soucis est la défense contre le jeu au sol, puisque les Chiefs se sont classés 27ème avec plus de 132 yards alloués par match en moyenne dans ce secteur. Comme on l’a vu lors de la présentation des effectifs, la ligne défensive est meilleure pour mettre la pression que pour stopper les running-backs, et les linebackers sont souvent en retard. 

En face, Sony Michel et les Patriots sortent d’un match où il ont constamment trouver des brèches, et cela face à une défense qui était dans le top 10 dans dans ce secteur. A la mi-temps, Michel affichait déjà 105 yards et 3 touchdowns, et il termine le match avec 129 yards après une deuxième mi-temps où les Pats ont géré. Avec l’aide d’une excellente ligne offensive et d’un Gronk bloqueur, le RB rookie pourrait se régaler dimanche. 

La clé pour Kansas City est logiquement d’avoir la balle le plus possible, comme face à Indianapolis. En gagnant le temps de possession, Sony Michel et Tom Brady auront moins de chance d’exploiter les faiblesses de la défense. Dans le cas contraire, il faudra aller mettre la pression sur Tom Brady et stopper Sony Michel. 

Les Patriots et leur plan anti-Mahomes

Lorsque New England a joué face Kansas City en début de saison, le plan de jeu ressemblait à celui qui a été mis en place face aux Chargers dimanche. A savoir, tenter de mettre une pression constante sur le quarterback, en provenance de la ligne défensive, des linebackers et mêmes des lignes secondaires. Une stratégie qui a embêté Philip Rivers, au point de nous l’énerver passablement. Cette stratégie avait également gêné Patrick Mahomes pendant une mi-temps, avant qu’il ne trouve la solution. Car si Rivers manque de mobilité, ce n’est pas le cas de Mahomes, qui peut ainsi sortir de cette pression pour se donner du temps, et ainsi exploiter ce qui reste de couverture. En effet, le fait de solliciter autant de joueurs pour mettre la pression ouvre des espaces. 

C’était déjà le cas lors de la week 6, mais c’est encore plus vrai maintenant, Patrick Mahomes a des capacités hors du commun. Mobile, il est capable de trouver ses receveurs dans des positions très délicates grâce à un bras incroyable. Il peut ainsi échapper à la pression d’un côté puis lancer la balle dans l’autre direction et trouver son receveur. Il peut également contourner un défenseur qui arrive sur lui en lançant la balle au niveau de la hanche. Et il sait même trouver sa cible en regardant ailleurs… Difficile de limiter un QB qui a lancé pour plus de 5 000 yards et 50 touchdowns. 

La clé pour New England est finalement assez similaire que pour Kansas City, à savoir laisser la balle le moins possible à l’adversaire. En contrôlant le temps de possession, les Pats limiteront l’impact de Mahomes. Et s’ils arrivent à lui mettre la pression et à le forcer à faire quelques erreurs, c’est encore mieux. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *