NFL

Finale de conférence NFC – Victoire polémique pour les Rams

La finale de la NFC opposait donc les deux meilleures équipes de la conférence, les Saints et les Rams. Invaincu à domicile en playoffs (6-0), Drew Brees était en duel avec Jared Goff, qui jouait son premier match de playoffs à l’extérieur. 

Menés de 13 points après le 1er quart-temps, les Rams ont réussi un beau comeback, ont profité d’une erreur d’arbitrage, et ont finalement gagné sur un long field-goal en prolongations. 

Evolution du score


Q1 Q2 Q3 Q4 OT Score Final
Saints 13 0 7 3 0 23
Rams 0 10 7 6 3 26

1er quart-temps

  • FG NO – 37 yards – Wil Lutz
  • FG NO – 29 yards – Wil Lutz
  • TD NO – 5 yards – Drew Brees pour Garrett Griffin

2ème quart-temps

  • FG LA – 36 yards – Greg Zuerlein
  • TD LA – 6 yards – Course de Todd Gurley

3ème quart-temps

  • TD NO – 2 yard – Drew Brees pour Taysom Hill
  • TD LA – 1 yard – Jared Goff pour Tyler Higbee

4ème quart-temps

  • FG LA – 24 yards – Greg Zuerlein
  • FG NO – 31 yards – Wil Lutz
  • FG LA – 48 yards – Greg Zuerlein

Prolongations

  • FG LA – 57 yards – Greg Zuerlein

Les Saints rapidement dans le match. Les Rams gênés par le bruit. 

A l’inverse de la semaine précédente face aux Eagles, New Orleans a bien débuté son match et a pris rapidement l’avantage. Incapables de marquer des points sur leurs 6 derniers drives d’ouverture, les Saints passent à deux doigts de marquer un touchdown et Wil Lutz ouvre finalement le compteur. Dans la foulée, la défense confirme ce bon début en interceptant Jared Goff sur la première série offensive des Rams, avant de forcer un 3&out. Les Saints ne profitent pas de leur première opportunité et ne marquent que 3 points, puis ils réussissent à marquer un touchdown sur leur récupération suivante (13-0). Drew Brees trouve le TE Garrett Griffin, signé quelques jours plus tôt pour pallier à la blessure de Ben Watson. 

Du côté des Rams, le premier quart-temps est donc très compliqué, et il se termine avec 15 petits yards offensifs et aucun 1st down. Jared Goff, qui lance une interception d’entrée, est clairement gêné par le bruit du Superdome. La communication avec ses coéquipier est compliquée, les consignes de Sean McVay son difficiles à entendre, et Los Angeles commet des erreurs, prend des pénalités ou doit utiliser des temps-morts… 

L’audace de McVay paye.

Pour gagner leur 1er first-down, les Rams doivent donc attendre le 2ème quart-temps et une action improbable… sauf pour la franchise de Los Angeles. Sur un fake punt, Johnny Hekker trouve Sam Shields, pour ce qui est désormais une spécialité locale. Ce coup de poker du jeune coach décante la situation et permet à son attaque d’enfin trouver un peu de rythme. Les Rams marquent leurs premiers points (13-3). Derrière, la défense de L.A stoppe rapidement les Saints, grâce à deux sacks coup sur coup de Ndamukong Suh. Concentrés sur Aaron Donald, les défenseurs de New Orleans laissent trop d’espace au DT des Rams. Cela permet à Jared Goff d’avoir le temps pour un dernier drive avant la mi-temps. Sa ligne offensive le protège bien et il peut trouver ses receveurs, et notamment Brandin Cooks dans la profondeur. L’ancien Saint place son équipe en redzone, et Todd Gurley marque le touchdown. Les Rams reviennent à 3 points avant la pause (13-10). 

McVay et Goff ont été gênés par le bruit, mais ont finalement trouvés la clé (NOLA.com)

Un deuxième acte très serré.

Au retour des vestiaires, le match est très disputé et les deux équipes se rendent coup pour coup. Les Saints reprennent 10 points d’avance en début de 3ème quart-temps, bien emmené par son duo de running-backs. Alvin Kamara dans les airs et Mark Ingram au sol font avancer leur équipe, et Drew Brees trouve finalement Taysom Hill sur une passe courte (20-10). Le versatile QB de New Orleans est le 68ème joueur à attraper une passe de touchdown de Brees, le 15ème différent cette saison. Mais cette fois, les Rams répondent très vite. Le duo Goff – Cooks s’illustre une nouvelle fois avec une passe de 43 yards, puis Tyler Higbee permet à Los Angeles de recoller (20-17). 

Après plusieurs bonnes séquences défensives de la part des deux équipes, les Rams vont finalement être menaçants après deux big plays de Gerald Everett, qui gagne 39 yards sur 3rd down, et de Josh Reynols qui ajoute 33 yards. New Orleans tient bon sur sa ligne et Los Angeles doit se contenter d’un field-goal pour égaliser (20-20). A l’image du score, les deux équipe sont très proche dans la majorité des catégories statistiques. 

Une décision polémique permet à Greg Zuerlein d’être décisif.

Le tournant de ce match arrive juste après le « 2 minutes warning ». Drew Brees vient de lancer une bombe de 53 yards pour Ted Ginn, qui place les Saints en position de marquer. Quelques secondes plus tard, un 3rd down important se joue. Le QB cherche Tommylee Lewis sur la droite, mais ce dernier est violemment chargé par Nickell Robey-Coleman. Les arbitres ne bronchent pas alors que le CB des Rams ne regarde clairement pas le ballon et qu’il commet une faute évidente. Sean Payton ne décolère pas et les Saints doivent se contenter de 3 points (23-20). Si la DPI avait été sifflée, New Orleans auraient pu faire descendre le chrono jusqu’au bout et frapper un court field-goal pour l’emporter… A la place, Jared Goff hérite du ballon à 1 minute 40 de la fin. Sur la lancée de ses deux excellents drives précédents, le QB des Rams fait avancer son équipe assez rapidement, puis Zuerlein arrache la prolongation avec un field-goal de 48 yards (23-23). 

En prolongations, les Saints ont la balle en premier. Mais gêné par Dante Fowler, Drew Brees voit sa passe contrée puis interceptée par John Johnson. Les Rams récupèrent leur première balle au meilleur moment et avec une bonne position sur le terrain. Malgré une excellente défense des Saints, qui ne cèdent quasiment pas de terrain, Greg Zuerlein réussit un coup de pied parfait de 57 yards pour donner la victoire à son équipe. 

Greg « the leg » Zuerlein n’a pas tremblé pour marquer le plus important field-goal de sa carrière (NOLA.com)

Les stats de la rencontre

New Orleans
Los Angeles
Passing
Passing
Drew Brees 26/40, 249 yards, 2 TD, 1 INT Jared Goff 25/40, 297 yards, 1 TD, 1 INT
Rushing
Rushing
Mark Ingram 9 courses, 31 touchdowns C.J Anderson 16 courses, 44 yards
Receiving
Receiving
Alvin Kamara 11 réceptions, 96 yards Brandin Cooks 7 réceptions, 107 yards

Rapidement dans son match, Drew Brees a été plutôt très bon durant toute la rencontre, mais il se fait intercepter à un moment critique en prolongations. En face, Jared Goff a souffert au début du match, clairement gêné par le bruit incroyable du Superdome. Il a ensuite réussit à trouver le rythme et ses receveurs. Il est notamment parfait sur deux drives consécutifs qui permettent à Los Angeles d’égaliser. 

Lors du premier duel entre les deux équipes, Michael Thomas avait fait la misère à Marcus Peters. Le receveur All-Pro a été bien plus discret cette fois (4 réceptions, 36 yards), bien défendu par Aqib Talib notamment. Du coup, Brees s’est souvent appuyé sur Alvin Kamara. Jared Goff a lui pu compter sur Brandin Cooks pour faire des dégâts. L’ex receveur des Saints passe les 100 yards, et a souvent pris l’avantage sur ses défenseurs. 

A noter qu’aucune équipe n’a réussi a installer son jeu au sol. Mark Ingram a eu quelques bonnes séquences, mais les Saints affichent seulement 48 yards et 2.3 YPA. Quant aux Rams, ils n’ont pas sur faire aussi bien que face à Dallas. Dans un mauvais jour, Todd Gurley a très peu joué, et C.J Anderson est limité à 44 yards en 16 courses. 

Et ensuite ? 

Un an après une élimination cruelle en demi-finale de conférence NFC à Minneapolis, les Saints peuvent de nouveau avoir des regrets. Cette fois, c’est une décision arbitrale qui les empêche de retourner au Superbowl. 

Pour les Rams, cette qualification confirme le renouveau de la franchise sous l’impulsion du plus jeune coach de NFL (Sean McVay, 32 ans).Les Rams joueront leur première finale depuis 2001, époque du « Greatest Show on Turf ». Ils tenteront d’apporter un premier titre NFL à la ville de Los Angeles depuis 1951. Rendez-vous donc a Atlanta le 3 février, face aux New England Patriots. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *