Dossier Superbowl LIII – De petite franchise à dynastie, le destin incroyable des Patriots

Les Patriots dominent la NFL depuis près de 20 ans maintenant, mais la franchise de la Nouvelle Angleterre a mis du temps pour arriver sur le devant de la scène. Longtemps en manque de moyens et de résultats, elle a été dans l’ombre des Buffalo Bills ou des Miami Dolphins, ce qui paraît incroyable aujourd’hui. L’arrivée de Robert Kraft à la tête des Patriots a changé la donne et la destiné de cette équipe, avec notamment un duo légendaire Belichick / Brady qui restera dans la légende. 

Un relatif anonymat pendant près de 30 ans

La franchise nait en 1959 lorsque l’American Football League (AFL) s’ouvre à huit nouvelles équipes. L’homme d’affaire de Boston, William Sullivan, hérite alors de la dernière équipe, et il choisit le nom de Patriots. A l’époque, son équipe sera dans l’ombre des Buffalo Bills, même si les Pats parviennent à se hisser en finale en 1963. 

Lors de la fusion entre l’AFL et la NFL, les Patriots sont placés dans la division AFC East, et ils ont enfin un stade fixe à Foxborough. La franchise changent alors de nom et devient New England Patriots. Mais les difficultés à exister sont toujours réelles, et l’instabilité se traduit par 3 coachs différents lors des 4 premières saisons. 

La première période de succès va arriver dans les années 70, sous l’impulsion du coach Chuck Fairbanks. Pour la première fois depuis 1963, les Patriots se qualifient en playoffs en 1976, puis ils remportent enfin leur division en 1978. Fairbanks quitte alors son poste et la franchise va retomber dans l’anonymat, et touche le fond en 1981 en perdant 14 matchs. Une tendance se confirme chaque saison, à savoir que les Patriots débutent bien puis s’écroulent. 

Plusieurs coachs se succèdent jusqu’à l’arrivée de Raymond Berry. Ce dernier va faire retrouver les playoffs aux Pats, qui vont y remporter leur premier match de puis 1963. Ils battent ensuite leur grand rival Miami, contre qui ils restaient sur une série de 20 défaites, et se qualifient pour le premier Superbowl. Ils subissent la loi des Chicago Bears (défaite 46-10) mais la franchise est enfin visible. 

Malgré des soucis encore très présents au sein de l’effectif (marijuana, jeux d’argent) et de l’organisation (la famille Sullivan ruinée après avoir investi dans la tournée des Jackson V), les Patriots sont attrayants en vue d’une vente. Victor Kiam reprend alors le club et Robert Kraft rachète le stade. Ce dernier deviendra rapidement le propriétaire (dès 1994) et sera très important pour le futur de la franchise. 

Le rachat par Robert Kraft, véritable tournant dans l’histoire des Pats

Entre le rachat par Victor Kiam et la cession à Robert Kraft, il se passe 6 ans seulement. Les 3 premières sont catastrophiques, puis un vent nouveau arrive avec le recrutement du coach Bill Parcells, qui arrivait avec 2 victoires au Superbowl. Dans le même temps, les Patriots changent tout, et notamment leur logo. 1993 correspond également à l’arrivée du QB Drew Bledsoe, pris comme premier choix de la Draft. La saison se termine avec un bilan très négatif (5-11) mais les progrès sont réels. Ils se confirment dès la saison suivante puisque les Patriots retrouvent les playoffs, où ils sont battus par les Browns d’un certain Bill Belichick. Après une saison blanche due à la blessure de Bledsoe, New England reprend sa progression et file au Superbowl. Hélas, la marche est encore un peu haute face aux Packers de Brett Favre (défaite 35-21). Les tensions entre Kraft et Parcells arrivent alors à leur paroxysme et le coach décide de partir. 

Malgré les relations tumultueuses entre Bill Parcells (à droite) et Robert Kraft, les Pats ont débuté leur ascension à cette période (Getty)

Son successeur est un certain Pete Carroll, qui n’a pas connu le succès avec les Pats comme avec Seattle ensuite. Il ne tient que 3 saisons. En 2000, les Patriots veulent faire venir Bill Belichick, qui est à ce moment assistant de Bill Parcells chez les Jets. Kraft fait le forcing et arrive à ses fins, acceptant notamment de donner les pleins pouvoirs sportifs à Belichick, chose qu’il a toujours refusé à Parcells. Dès l’arrivée du nouveau coach, un changement de culture est clair. 

Une dynastie incarnée par Bill Belickick et Tom Brady

La première saison de Belichick n’est pas exceptionnelle mais l’amélioration est fulgurante ensuite. En 2001, Drew Bledsoe se blesse et le coach donne sa confiance à Tom Brady, pris au 6ème tour de la Draft précédente. Le jeune QB mène les Patriots jusqu’au Superbowl, où ils créent la surprise en battant les Rams et leur « Greatest Show on Turf » (20-17). Cette première finale gagnée lance une période de domination qui dure toujours, puisque le duo Belichick / Brady emporte tout sur son passage. 

En 2002, les Pats ratent de peu les playoffs, mais ils vont rapidement montré que ce petit passage à vide était une anomalie. Les deux années suivantes, ils vont au bout, en battant Carolina puis Philadelphia au Superbowl, et devenant ainsi la dernière franchise à réussir un back to back. En 2005 et 2006, les Pats calent en demi-finale de conférence face à Denver puis en finale de conférence face aux Colts de Peyton Manning. Mais une fois de plus, la franchise revient encore plus fort et réussit une saison régulière parfaite en 2007 (16-0). Hélas, les Giants brisent le rêve d’un nouveau titre avec notamment la fameuse réception du casque de David Tyree. 

Tom Brady et Bill Belichick c’est 8 participations au Superbowl et 5 victoires depuis 2001. Ici la dernière en 2017 face aux Falcons (CBS)

2008 est une année un peu particulière puisque Tom Brady est blessé et c’est donc Matt Cassel qui mène l’attaque. Les Pats parviennent à gagner 11 matchs mais ne participent pas aux playoffs du fait d’un moins bon bilan dans la conférence que Miami. C’est la dernière année sans titre de division AFC East pour New England. La franchise retrouve les playoffs les années suivantes mais sort prématurément avec des revers face aux Ravens puis aux Jets. Il faut attendre 2011 pour les revoir au Superbowl, mais une fois de plus les Giants leurs jouent un mauvais tour. 

Depuis 2011 et jusqu’à aujourd’hui, New England a participé à toutes les finales de conférence AFC. En 2012 et 2013, les Pats perdent face au futur champion Baltimore puis contre les Broncos de Peyton Manning. En 2014, c’est le titre numéro 4, obtenu face aux Seahawks. Peyton Manning remporte ensuite le dernier duel entre les deux légendes lors de la finale de conférence 2015. Lors des trois dernières saisons, les Pats ont a chaque fois représenté l’AFC au Superbowl. 2016 avec une victoire face à Atlanta après un comeback épique, 2017 avec la défaite face aux Eages, et donc 2018 avec cette affiche face aux Rams, qui étaient l’adversaire lors du 1er titre en 2001. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *