NFL Scouting Combine 2019 – 5 joueurs à suivre à chaque position (attaque)

A deux mois de la Draft 2019, de nombreux joueurs vont avoir l’occasion de montrer ce dont ils sont capables lors du NFL Scouting Combine. Une bonne partie des talents de demain vont donc être réunis au Lucas Oil Stadium d’Indianapolis, pour réaliser une série de tests physiques et techniques. Pour le majeure partie des participants, cela ne changera pas grand chose, mais pour certains, une remontée ou une baisse de la cote en vue de la Draft est possible. Voici 5 joueurs par position à suivre ce week-end. 

QUARTERBACKS

Dwayne Haskins (Ohio State)

La star des Buckeyes est le QB qui semble le plus prêt à jouer en NFL dans cette cuvée 2019. Finaliste pour le trophée Heisman et meilleur joueur de la conférence Big Ten, il a démontré qu’il avait le bras, le talent et l’intelligence pour être un excellent QB en NFL. Mais avec seulement une année d’expérience comme titulaire, il doit encore convaincre les recruteurs qu’il est un « franchise quarterback » en puissance. Les recruteurs auront donc un oeil sur ses points faibles, afin de déterminer sa marge de progression dans l’élite. 

Dwayne Haskins est le QB préféré de nombreux recruteurs (Pro Football Weekly)

Kyler Murray (Oklahoma)

Le vainqueur du dernier trophée Heisman a récemment fait les gros titres en se déclarant pour la Draft NFL et en choisissant le football plutôt que le baseball. Il sera l’un des joueurs les plus scrutés durant le Combiné. Beaucoup de recruteurs attendent avec impatience d’avoir une officialisation de sa taille, de son poids et de la taille de ses mains, trois caractéristiques très importantes dans le process de recrutement des QB. Annoncé à 195 pounds (88.5 kg) par Oklahoma la saison passée, son entourage affirme qu’il est monté à 205 (93 kg). Cela rassurerait surement bon nombre d’observateurs, notamment sur sa capacité à encaisser les coups au niveau supérieur. 

Drew Lock (Missouri)

Lock a surement le meilleur bras de cette classe 2019, et il est ainsi capable de réussir n’importe quelle passe d’un playbook NFL. Mais sa précision a régulièrement été un problème au niveau universitaire (56.9% en carrière). Les recruteurs chercheront à savoir s’il est possible d’améliorer ce point et si Drew Lock peut apprendre à mieux gérer ses passes. 

Daniel Jones (Duke)

Extrêmement régulier lors de ses 3 saisons avec les Blue Devils, Jones présente de nombreuses qualités recherchées par les franchises de NFL. Il est grand, solide physiquement, assez rapide, intelligent et très précis. La principale interrogation vient de la puissance de son bras, plutôt faible a priori. Jones doit également faire oublier un Senior Bowl moyen. 

Jarrett Stidham (Auburn)

Enfance compliquée, carrière universitaire irrégulière et dernière année très moyenne à Auburn, difficile de positionner Jarrett Stidham. Le Combiné est donc une étape importante pour le QB, qui a l’occasion de séduire les recruteurs avec son puissant bras. Une arme qui pourrait faire des dégâts en NFL si elle est bien exploitée. 

RUNNING-BACKS

Josh Jacobs (Alabama)

La cote de Jacobs est à la hausse, et il pourrait bien être l’un des rares RB sélectionné au premier tour de la prochaine Draft. Les qualités qui font sa popularité sont celles recherchées pour un running-back moderne, à savoir un coureur dynamique qui est capable de faire des dégâts au sol comme dans les airs. A la Alvin Kamara. Le problème de Jacobs est qu’il n’a jamais été le premier choix à Alabama, ce qui a limité son temps de jeu. Le Combiné lui permettra de se montrer et de peut-être rassurer sur sa vitesse, jugée limitée. 

1er tour de Draft possible pour Josh Jacobs (Getty)

Devin Singletary (Florida Atlantic)

Running-back explosif, Singletary s’est montré capable de battre les défenses adverses grâce à son explosivité et sa palette de mouvements techniques. Il doit montrer qu’il est également capable de courir dans le traffic avec efficacité. 

Damien Harris (Alabama)

Moins fantasque et explosif que Jacobs, Harris est un RB solide et régulier. Sa puissance lui permet d’aller chercher les yards même dans le trafic. Son profil manque d’un petit quelque chose pour voir en lui un véritable RB1 en NFL, mais le Combiné peut changer la donne. 

David Montgomery (Iowa State)

Le RB d’Iowa State est surement le RB le plus puissant de cette classe 2019. Ce style n’est hélas plus la norme pour un running-back moderne, et il devra prouver qu’il peut faire d’autres choses. 

Bryce Love (Stanford)

Ralenti par des blessures lors de sa dernière saison universitaire, Bryce Love a vu sa cote baisser. Mais un bon Combiné pourrait rallumer la flamme auprès des recruteurs, et faire revenir les souvenirs de sa superbe saison 2017. 

RECEVEURS

A.J Brown (Ole Miss)

Grand, fort et doté d’une technique irréprochable, Brown a tout ce qu’il faut pour prendre le dessus sur les défenseurs, même en NFL. Sa vitesse, qui semble limitée, établira sa cote finale en vue de la Draft 2019. 

D.K Metcalf (Ole Miss)

Le coéquipier de Brown à Ole Miss est également un nom à la mode. Moins poli techniquement que son pote, il attire par son gros potentiel. A lui de le prouver lors du Combine. 

A.J Brown et D.K Metcalf ont quelques atouts

N’Keal Harry (Arizona State)

Receveur solide, Harry est capable de répéter les réceptions grâce à ses mains sûres et sa technique globale. Lors du Combiné, les yeux seront avant tout tournés sur son temps lors du 40 yards dash, car sa vitesse est le point d’interrogation. 

Riley Ridley (Georgia)

Le receveur des Bulldogs est l’un des meilleur « route runner » de cette classe 2019. Il présente également des mains particulièrement sûres. 

Deebo Samuel (Columbia)

Malgré des stats moyennement ronflantes durant ses 3 saisons à Columbia, Samuel est un nom qui revient souvent. Ralenti par des blessures, il est un excellent « route runner » et est physique à la retombée du ballon. Pour de nombreux observateurs, il pourrait s’inviter au 1er tour de la Draft avec un bon Combiné. 

TIGHT ENDS

T.J Hockenson (Iowa)

Hockenson est clairement le TE numéro 1 de cette Draft. Meilleur bloqueur de cette classe 2019, il est capable de faire des différences sur le jeu au sol notamment. Mais le TE d’Iowa est également un remarquable receveur. Il semble déjà prêt à jouer en NFL. 

Irv Smith Jr (Alabama)

Surement le meilleur « route runner » à la position de tight-end, il a le profil du TE moderne. 

Noah Fant (Iowa)

Capable de joueur comme tight-end comme sur le slot, Noah Fant est l’un des meilleurs receveurs à sa position cette année. Son point faible est logiquement sa puissance sur les phases où il devient bloqueur. 

Isaac Nauta (Georgia)

Peu mis en avant et globalement sous-côté, le TE des Bulldogs est un excellent receveur. Il pourrait être l’un des bon coups de cette Draft à cette position. 

Caleb Wilson (UCLA)

Malgré un excellent CV et des grosses stats avec les Bruins, Caleb Wilson voit sa cote baisser dernièrement. Un bon Combiné pourrait inverser la tendance. 

OFFENSIVE TACKLES

Jonah Williams (Alabama)

Des attributs physiques non standards peuvent parfois couter cher dans le process de recrutement. Ainsi, des bras trop petits peuvent être un point clé pour un Offensive Tackle, et c’est exactement ce qui pourrait arriver à Jonah Williams. Mais le Tackle des Tide peut faire oublier ce point négatif avec sa superbe technique (de mains et de pieds) et sa puissance. Il est surement le meilleur « pass-blocker » (protection du QB) de cette classe 2019, et le OT le plus prêt pour la NFL. 

Jonah Williams (NFL Draft Bible)

Jawaan Taylor (Florida)

Ultra puissant, Taylor est capable de bouger les défenseurs et d’ouvrir des brèches pour les running-backs. Il est vraisemblablement le meilleur « run-blocker » de cette cuvée 2019, et sa cote est en hausse. 

Andre Dillard (Washington State)

Excellent protecteur sur les phases de passes, Dillard s’est montré capable de neutraliser d’excellents pass-rushers grâce à une palette technique très développée pour un si jeune joueur. Ce potentiel de top « pass-blocker » peut plaire à de nombreuses équipes. 

Greg Little (Ole Miss)

Meilleur bloqueur sur les phases de passes que sur celles au sol, Greg Little affiche un beau potentiel. Ce qui fait la différence avec un joueur comme Jonah Williams est la transition en NFL, qui sera (a priori) plus longue pour Little.

David Edwards (Wisconsin)

Ancien TE, reconverti lineman, Edwards reçoit des avis partagés. D’un côté sa puissance impressionne et jouer sur la ligne offensive de Wisconsin est souvent gage de qualité. De l’autre, il est pour beaucoup de recruteurs loin d’être prêt pour la NFL. Il affiche notamment quelques lacunes en « pass-protection ». 

OFFENSIVE GUARDS

Cody Ford (Oklahoma)

Lineman intérieur à la mode, Ford se démarque grâce à sa maturité et ses qualités comme « run-blocker ». Il est d’ailleurs surement le meilleur à son poste sur les phases au sol. Déjà prêt pour la NFL, Ford semble également avoir le potentiel pour progresser rapidement. 

Chris Lindstrom (Boston College)

L’OL de Boston College est l’un des joueurs qui pose le plus de questions à cette position. Vu comme un excellent bloqueur sur les phases de passes, il présente également des lacunes dans d’autres secteurs. Il fera partie des joueurs particulièrement scrutés. 

Connor McGovern (Penn State)

Son excellent positionnement et sa grinta lui permettent de compenser un manque de force pour bouger les gros défenseurs. Ce dernier point fait baisser sa cote auprès des recruteurs. 

Michael Jordan (Ohio State)

S’appeler Michael Jordan est déjà un bon point, mais ça ne suffit pas. Joueur solide sur les phases au sol, il est moins performant en protection de son QB. Son gros point faible son ses pieds, qui pâtissent d’un placement douteux et de nombreux faux-pas. 

Dru Samia (Oklahoma)

Membre de la meilleur ligne offensive du pays en 2018, Samia est un bon lineman qui est rarement battu. En revanche, il lâche l’affaire parfois trop rapidement et n’a pas eu l’habitude de se battre dans la durée dans le système offensif des Sooners. 

CENTRES

Elgton Jenkins (Mississippi State)

Complet, Jenkins est surement le joueur le plus mature à cette position, ce qui devrait simplifier sa transition en NFL. Massif et assez puissant, il doit néanmoins améliorer son esprit de compétiteur s’il ne veut pas trop souffrir au niveau supérieur. 

Garrett Bradbury (NC State)

Joueur très complet, Bradbury est capable de tenir le choc sur sa ligne et d’aller chercher les défenseurs au deuxième niveau. Excellent comme leader d’une ligne offensive, il communique bien et sait ajuster les alignements. 

Erik McCoy (Texas A&M)

McCoy est l’un des meilleurs « run-blocker » à l’intérieur de la ligne offensive

Keegan Render (Iowa)

Capable de joueur Centre ou Guard, il apporte cette polyvalence intéressante sur l’intérieur de la ligne offensive. Iowa jouant dans un style proche de celui de la NFL, c’est un avantage pour sa transition. Son nom devient de plus en plus populaire. 

Alec Eberle (Florida State)

Sa cote a fortement baissé, à lui de corriger le tir avec un bon Combiné. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *