NFL

Les Seahawks, grands favoris de la NFC ?

mvpLundi soir lors du choc de la treizième journée, les Seahawks ont largement battu les Saints à domicile. Poussés par des fans qui ont battu le record de décibels, ils ont montré qu’ils étaient bel et bien l’équipe à battre dans la conférence Nationale. Analyse de ce collectif bien huilé.

Une attaque efficace et une défense de fer

Seattle ne possède pas la meilleure attaque de la ligue, et on est même loin de l’explosivité de celle des Broncos favoris de l’AFC. Onzième en yards par match avec 364.3 de moyenne, les Seahawks font la différence grâce à une grande efficacité. Ils marquent 28.3 points par match, seul Denver fait mieux, et a marqué 23 touchdowns dans les airs (6è NFL) malgré une attaque aérienne classé 22è (218.2 yards par match). Le point fort reste le jeu au sol (3è avec 146.2 yards par match), porté par « the beast » Marshawn Lynch. Le running back signe une nouvelle belle saison, avec 970 yards et 9 TD.

Difficile de passer la défense des Hawks
Difficile de passer la défense des Hawks

Mais ce que les Seahawks font le mieux, c’est défendre. Ils n’encaissent que 15.5 points par match, seuls les Panthers font mieux. Même s’ils laissent un peu plus de 100 yards de moyenne au sol (107.2, 13è), ils arrêtent les courses décisives puisqu’ils n’encaissent que très peu de touchdowns (3è NFL avec 4). Cliff Avril (7.5 sacks) et Michael Bennett (6.5 sacks) sont les meilleurs pass rusher de l’équipe. Quant à la défense aérienne, on ne fait pas mieux en NFL, seulement 177.3 yards par match alloués et un ratio positif d’interception par rapport aux touchdowns (16-13). Richard Sherman et Earl Thomas comptent 4 interceptions chacun.

La force de la franchise du Washington est donc l’équilibre, c’est peut être l’équipe la plus compléte de la NFL cette saison.

En route pour le Super Bowl ?

La victoire contre New-Orleans a confirmé que les Seahawks était le favoris de la NFC. Les Saints semblait être la seule équipe capable de les faire trembler, mais ils ont été surclassé dans tous les compartiments du jeu. Seattle a battu les trois autres grosses écuries de la saison, Carolina, San Francisco et donc New-Orleans.

Il est donc évident de les positionner dans le fauteuil de favoris pour le Super Bowl. A ce jour la finale attendue est Seattle contre Denver, avec un duel entre l’attaque de feu des Broncos et la défense des Seahawks mais aussi un affrontement entre le vétéran Peyton Manning et le QB en plaine ascension Russell Wilson. Une affiche qui serait en effet exceptionnel. Pour se donner plus de chance, Seattle va tenter de sécuriser sa première place de la NFC afin d’avoir l’avantage du terrain lors du playoffs. Un gros plus quand on connaît le public du CenturyLink Stadium, ainsi que la série de victoire de Wilson à domicile. Réponse début février à New-York.

Russell Wilson peut-il être MVP ?

Russell Wilson, outsider pour le titre de MVP ?
Russell Wilson, outsider pour le titre de MVP ?

En dehors de la défense de l’équipe de Pete Caroll, il faut s’attarder sur le phénomène Russell Wilson. Le jeune QB, déjà bon lors de sa saison rookie, fait une deuxième année incroyable. Sa prestation face aux Saints en est la preuve (22/30 pour 310 yards et 3 TD), il a pris le dessus sur Drew Brees et obtient le titre de joueur de la semaine. On attendait la confirmation de Robert Griffin ou d’Andrew Luck, mais c’est Wilson qui réussit le mieux sa saison sophomore. A tel point que l’on commence à parler de lui parmi les prétendants au titre de MVP, possible ?

Si l’on regarde les stats, on est loin des yards et du nombre de TD de Peyton Manning, mais il est présent dans la majorité des catégories. 7è en passes complétées avec 64,9%, 3è avec 8.76 yards par jeu en moyenne, 6è avec 22 touchdowns et surtout 1er avec seulement 6 interceptions, et enfin 3è avec un rating excellent de 108.5.

Mais plus loin que les stats, il faut regarder son environnement, c’est à dire ses receveurs. Car si Manning possède un trio infernal avec Thomas, Decker et Welker, Wilson lui n’a aucune star. Sidney Rice qui devrait être le numéro 1 est souvent blessé, du coup les deux top receveurs sont Golden Tate et Doug Baldwin qui affiche un peu plus de 600 yards et 4 TD chacun. Du coup Wilson distribue à un grand nombre de cible, receveurs (Tate, Baldwin, Kearse, Rice), tight-end (Zach Miller), et running-back (Lynch). A l’instar d’un RGIII ou d’un Cam Newton, Wilson peut aussi prendre ses responsabilités avec des scrambles (courses).

Enfin, pour pouvoir être considéré comme un candidat sérieux pour le trophée de MVP, il faut faire gagner son équipe. Regardez les Packers qui ne gagnent plus sans leur star Aaron Rodgers. Les Broncos seraient-ils si forts sans les merveilles de Peyton Manning ? En ce qui concerne Russell Wilson, oui, il fait gagner son équipe. Depuis son arrivée en NFL, il affiche un bilan de 22 victoires pour 6 défaites et surtout un bilan parfait à domicile (14-0).

Conclusion : Même si Peyton Manning semble intouchable cette saison, Russell Wilson mérite des votes pour le titre de MVP. A titre personnel, il doit maintenant mener son équipe loin en playoffs pour s’affirmer comme l’une des futures stars de la NFL.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *