NFL

Présentation de la saison 2019-2020 – AFC North

Moins de deux semaines avant le coup d’envoi de la saison, la pression monte. Le moment est parfait pour faire les présentations, se poser des questions sur la saison à venir et pour tenter quelques prédictions.

Et on débute avec la division AFC North, qui s’annonce passionnante. Baltimore et Pittsburgh ont l’habitude de se disputer la première place ces derniers temps, mais les Browns espèrent tout chambouler avec leur nouvel effectif 5 étoiles.

BALTIMORE RAVENS

Retour sur la saison précédente

  • Bilan : 10-6. 1er de la division AFC North.
  • Playoffs : Défaite en Wild-Card face aux Los Angeles Chargers (17-23)

La première partie de saison des Ravens a été plutôt morose puisque l’équipe affichait un bilan négatif au bout de 9 journée (4-5), et les playoffs semblaient encore bien loin pour cette année. Mais c’est un évènement malheureux qui va finalement débloquer la franchise, la blessure du QB Joe Flacco. Le rookie Lamar Jackson est alors lancé et Baltimore s’adapte très rapidement au profil de son nouveau QB. Dans le sillage de Jackson, le jeu au sol est utilisé à outrance et cela fonctionne puisque les Ravens terminent avec 6 victoires en 7 matchs pour remporter la division AFC North et se qualifier pour les playoffs. La défense, l’une des meilleures de NFL, a bien aidé.

La défaite en wild-card face aux Chargers a certes stoppée cette deuxième partie de saison de folie, mais l’espoir est de mise pour le futur. Un futur qui se fera sans Joe Flacco et avec Lamar Jackson.

Les mouvements

Arrivées

  • Mark Ingram (RB), Earl Thomas (S)

Départs

  • Joe Flacco (QB), Alex Collins (RB), Michael Crabtree (WR), John Brown (WR), Terrell Suggs (OLB), Za’Darius Smith (OLB), C.J Mosley (ILB), Eric Weddle (S)

Quelle évolution pour Lamar Jackson ?

Avec son style atypique, Lamar Jackson a pris la ligue par surprise lors de sa demi-saison rookie. Rapide, agile et physique, il a emmené le jeu au sol des Ravens au sommet et les défenses de NFL n’ont pas su s’adapter. La donne change un peu après une intersaison pour travailler et pour trouver des solutions afin de contrer le nouveau QB de Baltimore. Pour continuer à enflammer la ligue, Jackson doit absolument s’améliorer dans le domaine aérien et ainsi devenir moins prévisible. Si on analyse ses performances dans ce secteur en 2018, on se rend rapidement compte qu’il est beaucoup moins efficace et que sa précision laisse à désirer.

Sur le papier, la tâche ne s’annonce pas facile car les deux receveurs les plus sûrs ont quitté le Maryland durant l’intersaison, Michael Crabtree et John Brown. Les Ravens vont donc devoir espérer que les rookies Marquise Brown et Miles Boykin s’intègrent très rapidement dans le collectif. Willie Snead sera la tête connue sur le slot et Mark Andrews devrait être très utilisé après une saison rookie excellente. Mais le manque de vrai numéro 1 est un clair désavantage pour Jackson.

Lamar Jackson doit faire progresser son jeu de passes, mais cela ne signifie pas un changement de philosophie offensive de la part de Baltimore. Le jeu au sol restera la base, et s’il est toujours aussi performant, cela devrait ouvrir des brèches dans le jeu de passes. Mark Ingram a été recruté et il a un profil parfait pour ce système. Le rookie Justice Hill est également un joueur à suivre.

Lamar Jackson doit devenir un QB plus complet (Getty Images)

Quel sera le poids des départs de cadres défensifs ?

Si l’on retient avant tout l’explosivité de Lamar Jackson, il ne faut pas oublier la solidité de la défense des Ravens en 2018. Mais on peut se demander si elle sera aussi performante en 2019, alors que plusieurs joueurs très importants ne sont plus là. C.J Mosley, un des meilleurs linebackers intérieurs de la ligue et leader sur le terrain comme dans le vestiaire, va clairement manquer. De même, l’expérience de Terrell Suggs devant et d’Eric Weddle derrière va faire défaut. Enfin, Za’Darius Smith était le meilleur pass-rusher de l’équipe la saison dernière.

Pour pallier à ces départs, les Ravens n’ont pas énormément recruté. Seul Earl Thomas a signé, ce qui est déjà une excellente chose. Même s’il revient de blessure, il devrait rapidement retrouver son statut de top safety et devenir un leader. En ce qui concerne le corps de linebackers, secteur le plus affecté par les départs, les Ravens font confiance aux jeunes. Ainsi, Patrick Onwuasor doit monter en compétence et prendre le relais de Mosley, et le rookie Jaylon Ferguson devra produire d’entrée.

Prédiction

8-8. 3ème AFC North.

Les Ravens espèrent continuer sur leur lancée mais il y a de grandes chances que les défenses NFL soient bien préparées cette fois. Lamar Jackson continuera à créer des problèmes avec ses jambes, mais il doit absolument progresser dans le domaine aérien pour permettre à sa franchise d’être compétitive sur le long terme. Et c’est encore plus vrai si la défense souffre des départs de plusieurs joueurs importants. Au final, Baltimore sera surement dans le coup dans la division AFC North, mais je les vois un peu court pour retourner en playoffs.

CINCINNATI BENGALS

Retour sur la saison précédente

  • Bilan : 6-10. 4ème de la division AFC North.

Au contraire des Ravens, les Bengals ont très bien démarré la saison 2018, avec 4 victoires lors des 5 premiers matchs. Puis les blessures se sont enchaînées, avec notamment celle d’A.J Green, et Cincinnati s’est écroulé. En fin de saison, les dirigeants ont pris une décision forte en se séparant de Marvin Lewis, coach depuis 16 ans. Lewis a fait du bon travail dans l’ensemble, avec notamment 5 participations aux playoffs entres 2011 et 2015 (0 victoire), mais la franchise reste sur 3 saisons très négatives. Il était ainsi nécessaire d’injecter du sang neuf, ce qui a été fait au niveau du coaching, moins au niveau de l’effectif.

Les mouvements

Arrivées

  • Bobby Hart (OT), John Miller (OG), B.W Webb (CB)

Départs

  • A.J McCarron (QB), Tyler Kroft (TE), Vontaze Burfict (LB)

Zac Taylor a-t-il les épaules pour relancer Cincy ?

Toutes les franchises de NFL cherchent maintenant le nouveau Sean McVay… Alors quoi de plus naturel que d’aller chercher des hommes qui ont travaillé avec lui. Les Bengals ont fait le choix Zac Taylor, ancien coach des QB de McVay, mais qui n’a jamais été plus qu’un coordinateur. Il y a donc un risque en le lançant dans le grand bain avec si peu d’expérience.

Les dirigeants pensent que leur effectif est encore suffisamment bon pour être compétitif, et ils n’ont ainsi que très peu recruté. Une tradition de la franchise. La pression est donc sur Taylor, pour relancer la mécanique, mais également sur les joueurs cadres, qui doivent rebondir et mener la charge. En tête de liste, on pense évidemment au duo Andy Dalton – A.J Green, qui fait les beaux jours de l’équipe depuis de nombreuses saisons maintenant. Green est l’un des meilleurs receveurs de la NFL par le talent, mais il a connu quelques pépins physiques qui ont ralenti l’équipe. Dalton, un QB limité mais régulier, est très dépendent de son receveur star. Si les deux sont en forme, l’attaque est bien plus performante. Et l’émergence de Tyler Boyd offre une nouvelle opportunité de choix au QB. Ajoutez un RB très performant, Joe Mixon, qui a terminé leader de l’AFC en yards au sol en 2018, et vous obtenez une attaque qui peut faire des étincelles. Taylor espère ainsi avoir au moins un receveur et un running-back au-dessus des 1 000 yards.

Après 16 ans de Marvin Lewis, les Bengals ont changé de coach et choisit Zac Taylor (WCPO)

Améliorer la défense contre le jeu au sol

Même si c’est sa spécialité, l’attaque n’est pas le seul chantier de Taylor. La défense a elle aussi des problèmes, particulièrement pour contrer le jeu au sol. Et le départ du décrié mais talentueux Vontaze Burfict n’arrange rien, laissant un corps de linebackers douteux. Cincinnati peut toujours compter sur les excellents Geno Atkins et Carlos Dunlap, notamment pour le pass-rush, mais ils semblent trop seuls sur le front-seven.

Les lignes secondaires sont elles relativement bien armées, avec des joueurs de qualité, mais cela ne servira pas à grand-chose si les Bengals n’arrivent pas à arrêter les RB adverses.

Prédiction

5-11. 4ème AFC North.

Le changement de coach peut faire rebondir un effectif de qualité, notamment en attaque. Avec moins de blessures et un peu plus de chance qu’en 2018, il est raisonnable de penser que les Bengals peuvent mieux faire. Mais il reste beaucoup de questions et il faudra au moins une saison complète à Zac Taylor pour commencer à imposer sa patte.

CLEVELAND BROWNS

Retour sur la saison précédente

  • Bilan : 7-8-1. 3ème AFC North.

Après une saison 2017 catastrophique (0-16), les Browns n’ont que très peu progressé en début de saison dernière (2-7-1 après 10 journées). Ces mauvais résultats ont eu raison du duo Hue Jackson et Todd Haley. Greg Williams a alors été promu coach et Freddy Kitchens s’est retrouvé adjoint et coordinateur offensif. Ce dernier a alors permis à Baker Mayfield de se lâcher, les Browns ont remporté 5 de leurs 8 derniers matchs, et l’espoir est revenu à Cleveland. Une dynamique qui s’est encore accélérée après une intersaison agressive.

Les mouvements

Arrivées

  • Kareem Hunt (RB), Odell Beckham (WR), Eric Kush (OG), Sheldon Richardson (DL), Olivier Vernon (ED)

Départs

  • Darren Fells (TE), Kevin Zeitler (OG), Jamie Collins (LB), Briean Bobby-Calhoun (CB), Jabrill Peppers (S)

Les Browns ont enflammé l’intersaison

En sélectionnant Baker Mayfield avec le 1er choix de la Draft 2017, les Browns ont tenté un nouveau pari au poste de quarterbacks. Mais cette fois, ce choix semble payant et Mayfield ressemble au QB du futur de la franchise. Pas titulaire lors des trois premiers matchs de la saison, il a ensuite impressionné pour terminer avec 3 725 yards et un record pour un rookie de 27 touchdowns. Le nombre d’interceptions (14) est un peu élevé, mais sa première saison est globalement un franc succès.

Pour permettre à son QB de passer un pallier, John Dorsey est allé chercher l’un des meilleurs receveurs de la ligue, un certain Odell Beckham Jr. L’association Mayfield – OBJ fait déjà saliver les fans des Browns est l’ensemble des suiveurs de la NFL.

Cleveland s’est également renforcé sur le backfield, en faisant signer Kareem Hunt. Si le côté éthique peut laisser à désirer (Hunt avait été licencié par les Chiefs après une histoire de violence extra-sportive), le côté sportif est intéressant. Hunt, ancien leader de NFL en yards au sol, est encore jeune. Il apporte une option de qualité derrière Nick Chubb, qui s’est lui aussi révélé lors de sa saison rookie. En un mot, les Browns n’ont jamais été aussi armés.

On a tous hâte de voir la connexion Mayfield – OBJ (AP)

Libérez Myles Garrett

Autre jeune joueur avec le potentiel pour être une star, Myles Garrett pourrait entrer dans une autre dimension pour sa troisième saison dans l’élite. Avec 20.5 sacks en deux saison (dont 13.5 l’année dernière), il est déjà un pass-rusher très performant. Mais le potentiel est encore supérieur, soit en libérant d’autres joueurs, soit en bénéficiant d’une attention réduite. Cleveland a ainsi fait venir Olivier Vernon pour jouer à l’opposé, et la franchise a recruté Sheldon Richardson pour créer un peu de chaos à l’intérieur.

Ne soyez pas étonnés si Garrett est dans le coup pour être leader en sacks cette saison.

Freddy Kitchens sera-t-il à la hauteur ?

Finalement, la principale interrogation ne vient pas de l’effectif, mais plutôt du coach. Freddy Kitchens a fait un excellent boulot lorsqu’il a été promu, et il a largement contribué à l’explosion de Baker Mayfield. Au départ pas envisagé pour le poste de coach, il a finalement convaincu John Dorsey et le reste des dirigeants des Browns.

Au-delà du manque d’expérience, la vraie question est surement de savoir s’il sera capable de gérer un vestiaire avec d’aussi fortes personnalités. Baker Mayfield n’a pas attendu la NFL pour montrer son côté chambreur et loquace. Et OBJ a souvent été un « problème » pour les Giants. Si les résultats suivent, il ne devrait pas y avoir de problème, mais attention si la mayonnaise ne prend pas…

Prédiction

10-6. 1er AFC North.

Avec l’espoir viennent les attentes. Et cette situation est nouvelle pour Cleveland. Les caméras seront rivées sur la franchise et ses nouvelles stars, qui devront répondre sur le terrain. Dans tous les cas, les Browns seront funs à regarder cette saison, mais les résultats seront-ils à la hauteur de l’immense attente ? Le Superbowl est déjà annoncé pour ces nouveaux Browns, mais il faudra déjà remporter une division AFC North relevée. Cleveland a désormais le talent pour dominer, mais attention à ne pas brûler les étapes.

PITTSBURGH STEELERS

Retour sur la précédente saison

  • Bilan : 9-6-1. 2ème AFC North.

Du fait d’une fin de saison ratée (4 défaites sur les 6 derniers matchs), les Steelers se sont faits doublés par les Ravens et ils ont raté les playoffs. Cette franchise, d’habitude si stable, ressentait alors les effets des problèmes dans son vestiaire. Le’Veon Bell a ainsi décidé de ne pas jouer de la saison car il souhaitait un nouveau contrat, et Antonio Brown est devenu un élément perturbateur par son comportement. La solution a été radicale puisque la franchise a décidé de se séparer de ses deux stars.

Les mouvements

Arrivées

  • Donte Moncrief (WR), Mark Barron (LB), Steven Nelson (CB)

Départs

  • Le’Veon Bell (RB), Antonio Brown (WR), Jesse James (TE), Marcus Gilbert (OT)

La pression est désormais sur Ben Roethlisberger

Big Ben est donc le dernier rescapé du trio infernal des Steelers. Sans Bell, mais avec Brown en 2018, il a lancé pour plus de 5 000 yards mais s’est fait intercepter 16 fois. Mike Tomlin et les dirigeants de Pittsburgh croient donc toujours en lui, comme en témoigne la prolongation de deux ans qu’il a reçu.

Roethlisberger doit maintenant prouver qu’il peut toujours porter la franchise, même sans Bell et Brown. L’absence de Bell sera moins douloureuse car le RB était déjà absent l’année dernière. James Conner a parfaitement pris le relais et il devrait confirmer sans soucis. Pour remplacer Brown, l’un ou le meilleur receveur de la ligue, la mission s’annonce plus compliquée. JuJu Smith-Schuster est le candidat logique, lui qui a fait mieux que Brown statistiquement en 2018. Mais il le doit largement au fait que les défenses se concentraient sur AB. La question est donc de savoir s’il sera capable d’assumer un rôle de numéro 1, avec les meilleurs défenseurs adverses sur les côtes.

Les Steelers espèrent également l’émergence des jeunes joueurs. Souvent très bons pour développer les receveurs, ils tenteront de reproduire le coup avec James Washington ou Diontae Johnson.  

Sans Bell ni Brown, Big Ben doit assumer les responsabilités (SI.com)

Devin Bush, le nouveau Ryan Shazier ?

Depuis la grave blessure de Ryan Shazier en 2017 (le LB va heureusement mieux et se remet progressivement), la défense des Steelers n’est plus la même. Les Steelers s’en sont rendu compte et ils ont pris les devants pour tenter de trouver une solution. Lors de la dernière Draft, Pittsburgh a alors monté un échange pour grimper de la 20ème à la 10ème place afin de prendre le LB Devin Bush. Ce choix peut changer la donne et rééquilibrer la défense des Steelers. Et pour solidifier encore plus une position à problème, Mark Barron a également été recruté.

Dans le même temps, les lignes secondaires ont été renforcées. Trop peu décisives en 2018, elles profiteront également d’un impact plus fort devant.

Prédiction

9-7. 2ème AFC North.

Pittsburgh a décidé de se séparer de deux de ses stars pour retrouver un vestiaire plus « sain ». En faisant ce choix, peut-être le bon, les Steelers mettent la pression sur Ben Roethlisberger pour porter l’équipe. Mais est-il encore capable de le faire à 37 ans ? Pour une fois, la franchise arrive un statut plus anonyme que d’habitude, mais elle reste dangereuse et sera dans la lutte pour le titre de division et les playoffs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *