Les playoffs NFL ont débuté samedi, avec une rencontre entre deux rivaux de la division NFC West. Bousculés en 1ère mi-temps par des Seahawks agressifs, les 49ers ont finalement fait parler leur solidité défensive et leur talent offensif pour faire la différence. Puis dans la nuit, Trevor Lawrence ont vécu un cauchemar en 1ère mi-temps, avant de réussir un fabuleux comeback qui a assommé les Chargers.


San Francisco 49ers 41 – Seattle Seahawks 23

 Q1Q2Q3Q4Score Final
San Francisco10671841
Seattle0170623
  • Assez nettement favoris de cette rencontre, les 49ers ont débuté de la bonne manière en marquant les 10 premiers points du match, avec notamment un touchdown de Christian McCaffrey. Mais sans rien à perdre, les Seahawks ont répondu avec agressivité en attaque, avec 2 touchdowns dont 1 de 50 yards de D.K Metcalf. A la pause, Seattle faisait jeu égal et menait même d’1 petit point (16-17). Les Niners ont repris la main en début de 3ème quart-temps, puis la défense a logiquement fini par se montrer en forçant un fumble de Geno Smith. Et à partir de ce moment, San Francisco a pris le large en marquant 25 points consécutifs.
  • De dernier choix de la Draft à titulaire en playoffs, Brock Purdy aurait pu être intimidé. Il a eu quelques difficulté en 1ère mi-temps, avec quelques passes ratées, mais il est resté calme et concentré et a déroulé ensuite. Purdy a été excellent en 2ème mi-temps et termine avec 332 yards et 3 touchdowns dans les airs, ainsi qu’un autre touchdown sur une course. Il a été bien aidé par les stars offensives des 49ers, avec un Christian McCaffrey encore précieux (119 yards au sol, 1 touchdown sur 1 réception), et un Deebo Samuel de retour en forme (133 yards dont 1 touchdown de 74).
  • Surprise par l’agressivité des Seahawks en 1ère mi-temps, la défense de San Francisco n’a pas eu l’impact classique sur les 2 premiers quart-temps. Mais après la pause, l’escouade de DeMeco Ryans a retrouvé ses sensations pour mettre souvent la pression sur Geno Smith et forcer des erreurs. Le sack forcé par Charles Omenihu et récupéré par Nick Bosa a été le tournant de la rencontre.
  • La marche était finalement trop haute pour les Seahawks, mais Pete Carroll peut être satisfait de sa saison. Plusieurs jeunes joueurs se sont montrés à la hauteur, ce qui est prometteur pour la suite, et Seattle n’a peut-être pas besoin de se poser trop de questions au poste de quarterback après tout. Geno Smith a encore été solide hier (253 yards, 2 TD – 1 INT), avec notamment de superbes passes en 1ère mi-temps. Et sa connexion a été excellente avec D.K Metcalf (10 réceptions, 136 yards, 2 TD), qui a régulièrement pris le dessus sur ses vis-à-vis.

Jacksonville Jaguars 31 – Los Angeles Chargers 30

 Q1Q2Q3Q4Score Final
Jacksonville07131131
Los Angeles17103030
  • Le scenario du début de match ne pouvait pas être plus cauchemardesque pour les Jaguars, avec 1 interception sur leur première possession, puis leur deuxième… Au total, Jacksonville perd 5 fois la balle en 1ère mi-temps, avec 4 interceptions lancées par Trevor Lawrence et un punt mal négocié. Cela a permis aux Chargers de prendre le large sans forcer, et de mener 27-0 dans le 2ème quart-temps, et 27-7 à la pause. Mais les Jaguars n’ont jamais abandonné, et ont réussi à signer un comeback épique. Lawrence a retrouvé ses esprits pour lancer 3 touchdowns en 2ème mi-temps, la défense a serré les rangs pour n’encaisser que 3 points, et Riley Patterson a donné la victoire à Jacksonville sur un field-goal au buzzer.
  • Quel changement entre les 2 mi-temps pour Trevor Lawrence. Complètement à côté de la plaque pour ses débuts en playoffs, le QB des Jaguars a lancé 2 interceptions sur les 2 premières possessions de son équipe, 3 dans le 1er quart-temps et 4 avant la pause au total. Alors que Jacksonville était mené 27-0 dans le 2ème quart-temps, Lawrence affichait une ligne de stats horrible (5/18, 35 yards, 4 INT)… Mais l’ancienne star de Clemson a montré du caractère et son talent ensuite, avec 4 possessions consécutives conclues par des touchdowns et un comeback incroyable. En 2ème mi-temps, il affiche 253 yards (23/29) et 3 touchdowns.
  • Il faut également rendre hommage à Doug Pederson, qui a su remobiliser ses troupes et qui a montré son expérience à ce niveau sur la fin. Son agressivité et ses choix d’actions sont connus depuis le Super Bowl gagnés avec Philadelphia, et il a de nouveau fait preuve de cran hier. En choisissant de tenter une conversion à 2 points, il a ainsi mis son équipe en position de marquer avec un field-goal. Puis le « call » sur la dernière action, avant ce field-goal victorieux, était génial et a pris les Chargers par surprise.
  • On a l’habitude de voir les Bolts manquer des opportunités, mais ils se sont surpassés hier. En profitant des 5 pertes de balle adverse en 1ère mi-temps, ils ont ainsi pu tranquillement monter un avantage conséquent, et il aurait pu l’être encore plus s’ils avaient été légèrement plus efficaces en redzone. Puis plus rien en 2ème mi-temps, avec une attaque muette qui n’est plus revenue en redzone, et une défense qui a pris l’eau. Cela a gâché un match intéressant de Justin Herbert (273 yards, 1 TD), qui a souvent trouvé son TE Gerald Everett (109 yards, 1 TD), et une grande performance d’Asante Samuel Jr derrière (3 interceptions). Brandon Staley devrait avoir un gros mal de crâne pour les jours qui viennent.

Buffalo Bills 34 – Miami Dolphins 31

 Q1Q2Q3Q4Score Final
Buffalo14614034
Miami0177731
  • Très bien partis dans cette rencontre, les Bills ont rapidement mené 17-0 et on pensait alors qu’ils étaient en balade. Mais la machine s’est enrayée, et des erreurs ont permis aux Dolphins de revenir dans le match et d’y croire. Miami a même pris les devants dans le 3ème quart-temps, avant que Buffalo ne remette un coup d’accélérateur pour s’en sortir. La fin de match a été tendu, et la défense des Bills a tenu bon pour éviter une désillusion.
  • On le sait, Buffalo possède un joueur spécial en Josh Allen, capable de faire des différences avec son bras et ses jambes. Il l’a encore montré hier, avec 372 yards et 3 touchdowns au total. Mais Allen a un jeu risqué et il commet encore beaucoup d’erreurs. Hier, le QB a ainsi perdu 3 fois la balle, avec 2 interceptions et 1 fumble, qui ont permis aux Dolphins de marquer 17 points et donc de rester dans le match. Les Bills sont évidemment très dangereux avec Allen, mais il devra faire attention à sa protection de balle face à des adversaires encore plus coriaces.
  • Toujours privés de Tua Tagovailoa et Teddy Bridgewater, les Fins ont donc aligné Skylar Thompson pour ce match de playoffs. Le QB rookie a eu du mal avec sa précision (18/45 à la passe, 2 interceptions), mais il a tout de même signé quelques belles actions et termine avec 220 yards et 1 touchdown. Finalement, c’est l’inexpérience de cette équipe qui a surement coûté la victoire. Car en plus de celle du quarterback, il y avait celle du coach Mike McDaniel. Miami a ainsi trop souvent perdu le fil et pris trop de pénalités couteuses pour des « delay of game » ou des « false start ».
Buffalo Bills vs Miami Dolphins
Les Bills s’en sortent sur ce tour, mais ils devront faire attention aux pertes de balle pour la suite (photo : AS)

Minnesota Vikings 24 – New York Giants 31

 Q1Q2Q3Q4Score Final
Minnesota777324
NY Giants1437731
  • Si les Vikings ont marqué en premiers sur ce match, ce sont bien les Giants qui ont installé leur jeu au début. Ils ont ainsi marqué sur leurs 3 premières possessions, pour mener de 10 points dans le 2ème quart-temps à l’issue d’un très long drive de 20 actions (7-17). Minnesota est parvenu à répondre avant la pause. Le scénarios a été un peu le même en deuxième mi-temps, avec un écart de 10 points de nouveau pour les Giants et des Vikings qui courent après le score. Les locaux n’ont jamais réussi à passer devant au score, car les G-Men ont à chaque fois su répondre. Et sur la dernière opportunité de Minnesota, la défense New Yorkaise a tenu bon.
  • La présence en playoffs est déjà une réussite pour les Giants, mais pourquoi s’arrêter là ? Candidat pour le trophée de Meilleur Coach de la saison, Brian Daboll a confirmé en mettant en place un plan de jeu parfait sur ce match, notamment offensivement. Il a également pu compter sur une performance XXL de Daniel Jones, qui a probablement conforté une prolongation de contrat. Le QB a été excellent dans les airs, avec 301 yards et 2 touchdowns, et précieux au sol avec 78 yards. L’autre star de cette attaque, Saquon Barkley, a également pesé avec 53 yard et un doublé au sol, ainsi que 56 yards dans les airs.
  • Il faut également rendre hommage à la défense des Giants, qui a fait un bon boulot pour forcer les Vikings à jouer différemment. Dominés par Justin Jefferson lors de la saison régulière, et encore en difficulté face au WR All-Pro en 1ère mi-temps hier, les G-Men ont coupé la connexion avec Kirk Cousins en 2ème mi-temps. Cela a forcé le QB à chercher une autre cible, le TE T.J Hockenson en général, et à devenir trop unidimensionnel. La défense New Yorkaise a également excellente pour constamment mettre la pression sur Cousins (21 fois au total).
  • Durant toute la saison, les Vikings ont « mangé » sur les courtes victoires. Hier, le match a de nouveau été serré, mais cette-fois, ils ont terminé du côté des perdants. On se demandait si cette équipe avait réellement le niveau de son bilan, et force est de constater que ce bilan était probablement gonflé. Pour expliquer la défaite, on peut évidemment regarder le match de Justin Jefferson, qui a pesé au début (4 réceptions, 30 yards sur le premier drive) puis qui a progressivement disparu (3 réceptions, 17 yards sur le reste du match). Certes, la défense des Giants fait un gros travail pour le contrôler, mais Minnesota n’aurait pas dû arrêter de le chercher pour autant. Car quand Jefferson gagne moins de 50 yards, les Vikings perdent en général (4 fois sur 5 cette saison). Kirk Cousins a fait un bon match (31/39, 273 yards, 2 TD), mais sans son WR numéro 1, l’impact n’est pas le même.

Cincinnati Bengals 24 – Baltimore Ravens 17

 Q1Q2Q3Q4Score Final
Cincinnati368724
Baltimore0107017
  • Lancé par un field-goal sur leur premier drive, les Bengals ont fait le break ensuite après 1 interception de la défense. Puis ça été au tour des Ravens de réagir, avec d’abord 1 touchdown, puis 1 field-goal juste avant la pause et à la suite d’un fumble de Cincinnati, afin de prendre un court avantage à la mi-temps (9-10). Dans le 3ème quart-temps, les deux équipes ont échangé 1 touchdown pour rester dos à dos, puis Cincinnati a fait la différence en début de 4ème quart-temps grâce à sa défense. Baltimore menaçait de marquer, mais en tentant d’enter dans l’en-but, Tyler Huntley perd le ballon et Sam Hubbard le récupéré et part marquer 98 yards plus loin… Derrière aucune équipe n’est parvenu à avancer, jusqu’à la dernière possession du match. Les Ravens ont ainsi réussi à revenir en redzone, mais la défense des Bengals a tenu bon.
  • Comme la semaine dernière, lors du dernier match de la saison régulière, les Bengals ont eu du mal à trouver des solutions face à la défense de Baltimore. Joe Burrow termine avec 209 yards et 1 touchdown, réussissant tout de même à signer quelques belles passes pour ses WR, et notamment Ja’Marr Chase (9 réceptions, 84 yards, 1 TD). Et sans ce tournant du match en début de 4ème quart-temps, Cincinnati aurait pu vivre une déconvenue. Car au lieu de prendre 1 touchdown qui aurait donné 7 points d’avance aux Ravens, le fumble forcé par Logan Wilson et le touchdown de Sam Hubbard ont donné 7 points d’avance aux Bengals.
  • Pour la suite des playoffs, Cincinnati pourrait retrouver un problème bien connu, celui de la protection de Joe Burrow. Déjà privés de La’el Collins et Alex Cappa, tous les deux blessés en fin de saison régulière, ils ont perdu Jonah Williams sur cette rencontre. Cela fait donc 3 titulaires en moins. Le résultat a été clair : Burrow a pris beaucoup de coups et le jeu au sol a eu du mal à trouver des espaces.
  • Pas suffisamment remis de sa blessure au genou, Lamar Jackson n’était pas de retour pour ce match de playoffs. C’est donc Tyler Huntley qui était titulaire, et il n’a pas démérité. Après avoir lancé 1 interception, il s’est repris en menant plusieurs bon drives et en lançant 2 passes de touchdowns. Hélas sa perte de balle aux portes de l’en-but adverse a été le tourant du match… Malgré ça, les Ravens ont eu l’opportunité d’égaliser sur la fin, mais la gestion du chronomètre a été assez douteuse de la part de John Harbaugh.

Tampa Bay Buccaneers 14 – Dallas Cowboys 31

 Q1Q2Q3Q4Score Final
Tampa006814
Dallas6126731
  • Ce dernier match des Wild-Cards a eu beaucoup de mal à se lancer, et la tension était palpable dans les 2 camps sur les premières possessions. Aucun 1st down n’a ainsi été gagné sur les 4 premiers drives, avant que les attaques trouvent enfin un peu de rythme. Surtout du côté des Cowboys, qui ont notamment été plus efficaces. Car lorsque Dallas parvenait à finir ses 3 possessions suivantes par des touchdowns, les Bucs se faisaient intercepter en redzone. En deuxième mi-temps, les Cowboys ont contrôlé, et il a fallu attendre la dernière seconde du 3ème quart-temps pour voir les premiers points de Tampa. Les Bucs se sont battus sur la fin mais il était déjà bien trop tard.
  • Inquiétant lors des derniers matchs, avec notamment beaucoup de pertes de balle, Dak Prescott a débuté cette rencontre un peu nerveux. Mais le QB a trouvé son tempo et il a sorti une énorme performance. Aidé par un bon plan de jeu du coordinateur offensif Kellen Moore, le QB a lancé pour 305 yards et 4 touchdowns, et il a jouté un 5ème touchdown sur une course. Il a bien distribué le jeu en trouvant régulièrement Dalton Schultz (95 yards, 2 TD) et ses WR (68 yards, 1 TD pour CeeDee Lamb, 46 yards, 1 TD pour Michael Gallup). La défense de Dallas a également fait un bon boulot pour ralentir Tom Brady et l’attaque de Tampa. Finalement, le seul bémol est le match complètement raté du kicker Brett Maher, qui a raté 4 transformations…
  • Si l’on se réfère à la saison compliquée des Bucs, ce résultat n’est finalement pas un grande surpris. Comme souvent durant la saison régulière, l’attaque a eu beaucoup de peine à avancer régulièrement, et a ainsi dû se dégager 5 fois tandis que les Cowboys marquaient 24 points consécutifs. Et hormis sur le début de rencontre, la défense a été incapable de ralentir l’attaque de Dallas. Tom Brady a beaucoup lancé la balle (66 fois), et termine avec 2 touchdowns, mais son interception coûte très cher. En effet, les Bucs avaient bien répondu au premier touchdown des Cowboys, mais le QB s’est fait intercepter en redzone, une première pour lui depuis son arrivée à Tampa.