Pour la première fois de l’histoire du Super Bowl, une franchise jouait dans son stade. Dommage que cela arrive lors d’une saison unique, marquée par la Covid-19, et que seuls 25 000 fans aient pu être présents. Mis à part ça, tout était réuni pour vivre un superbe match et un moment historique.


Le film du match

Q1Q2Q3Q4Total
Tampa Bay Buccaneers71410031
Kansas City Chiefs33309

Le 55ème Super Bowl débute par une petite période d’observation, et 3 punts assez rapides. Les Chiefs ouvrent le score sur leur 2ème possession, grâce à un field-goal d’Harrison Butker (0-3). Ce qu’ils ne savent pas encore à ce moment, c’est que ce sera leur seul avantage de la soirée… Derrière ces premiers points de Kansas City, l’attaque des Bucs commencent sa montée en puissance. Leonard Fournette avance au sol et Tom Brady trouve ses receveurs. A la suite d’un drive rondement mené, le QB trouve Rob Gronkowski pour marquer le premier touchdown du match (7-3).

Ensuite, les défenses reprennent le dessus. Tampa force encore 2 dégagements très rapides des Chiefs. Entre temps, Kansas City parvient à stopper Ronald Jones sur 4th down, sur la ligne des 1 yards, pour éviter un touchdown. Mais ce n’est que partie remise car sur leur possession suivante, les Buccaneers profitent d’un mauvais punt pour hériter d’une belle position de départ. L’indiscipline des Chiefs permet à Tampa d’avancer encore plus, et la connexion Brady – Gronk frappe de nouveau (14-3).

Patrick Mahomes tente de réagir pour recoller avant la mi-temps. Le QB parvient à réussir quelques passes pour amener son équipe dans le camp adverse, mais cale en entrant dans la redzone. Kansas City doit se contenter d’un field-goal (14-6). Cela permet également à Tom Brady d’avoir une dernière possession avant la pause. Toujours très pénalisés, les Chiefs cèdent beaucoup de terrain, et les Bucs ne se font pas prier pour en profiter. Brady trouve Antonio Brown sur une passe courte pour creuser l’écart. Tampa Bay mène 21-6 à la mi-temps.

Au retour des vestiaires, Kansas City a la balle et doit absolument marquer pour recoller rapidement. Le RB rookie Clyde Edwards-Helaire lance bien son attaque avec une deux belles courses, mais Patrick Mahomes, souvent sous pression, a du mal à trouver ses receveurs. Encore une fois, les Chiefs doivent frapper un field-goal et ne marquent que 3 points, qui seront leurs derniers du match (21-9). Dans la foulée, les Bucs frappent encore et s’envolent. Après un bon retour de Mickens, l’efficacité offensive est de mise. Brady trouve Gronk pour un gain de 25 yards puis Leonard Fournette s’échappe pour marquer un touchdown de 27 yards au sol (28-9).

La situation s’empire encore pour Kansas City, lorsque Patrick Mahomes se fait intercepter par Antoine Winfield. Cette récupération débouche sur un field-goal de Ryan Succop et 3 points de plus pour les Bucs (31-9). La défense de Tampa domine et stoppe l’attaque de Kansas City sur 4th down à 2 reprise, avant une nouvelle interception, signée Devin White dans son en-but. Tom Brady n’a plus qu’à mettre le genou à terre 3 fois et les Buccaneers remportent le 2ème titre de leur histoire.


Les stats de la rencontre

Tampa Bay BuccaneersKansas City Chiefs
Passing Passing 
Tom Brady21/29, 201 yds, 3 TDPatrick Mahomes26/49, 270 yds, 2 INT
Rushing Rushing 
Leonard Fournette16 car, 89 yds, 1 TDClyde Edwards-Helaire9 car, 64 yds
Receiving Receiving 
Rob Gronkowski6 réc, 67 yds, 2 TDTravis Kelce10 réc, 133 yds

Le MVP du match : Tom Brady

Pour son 10ème Super Bowl en carrière, Tom Brady remporte son 7ème titre de champion, soit plus que n’importe quelle franchise de NFL (6 pour Pittsburgh et New England…). Auteur d’un match propre et efficace, il a démontré son efficacité et sa maitrise des évènements dans ce type de matchs. Il termine avec 21 passes réussies (sur 29), 201 yards et 3 touchdowns, avec la majorité des dégâts fait en première mi-temps.

Une performance qui lui permet de remporter le trophée de MVP du Super Bowl pour la 5ème fois dans sa carrière.


Un plan défensif parfait

Si le trophée de MVP du match pouvait être donné à un coach, Todd Bowles aurait dû l’avoir. Le Coordinateur Défensif avait préparé un plan parfait pour ce Super Bowl, et il a d’ailleurs été remarquable durant toutes les playoffs. Après tout, la défense de Bucs avait déjà sorti Aaron Rodgers et Drew Brees aux tours précédents.

On le savait, les Chiefs ont joué cette finale sans leurs deux Tackles titulaires. Si l’absence du Right Tackle Mitchell Schwartz n’est pas récente, celle du Left Tackle Eric Fisher était une nouveauté. Protecteur du côté aveugle de Patrick Mahomes, il a fait une très bonne saison avant de se blesser en finale de conférence face à Buffalo. Au tour précédent justement, la défense des Bucs avait tenté de gêner Aaron Rodgers et l’excellente ligne offensive de Green Bay en utilisant de nombreux blitz. L’ensemble de la défense pouvait ainsi être utilisée pour tenter de mettre la pression sur le MVP de la saison 2020.

Todd Bowles
Todd Bowles avait prépare le plan parfait pour ce Super Bowl LV (photo : USA Today Sports)

Lors du Super Bowl, Todd Bowles a opté pour une approche différente. Conscient des problèmes sur la ligne offensive de Kansas City, il a décidé de s’appuyer uniquement sur sa ligne défensive pour mettre la pression sur Patrick Mahomes. Et cela a fonctionné, puisqu’elle a dominé. Shaq Barrett (10 pressions, 1 sack) et Jason Pierre-Paul (6 pressions) ont logiquement pris le dessus sur les OT remplaçants des Chiefs, et Ndamukong Suh, Vita Vea et Steve McLendon (16 pressions cumulées) ont également été pénibles à l’intérieur. Au total, Patrick Mahomes a été mis sous pression lors de 52% des actions de passes. C’est un record dans l’histoire du Super Bowl. Pour comparaison, Tom Brady n’a été mis sous pression que 4 fois (13%).

En n’utilisant que 4 joueurs pour son pass-rush, Todd Bowles avait à sa disposition plus de joueurs au niveau intermédiaire et derrière, pour tenter de contrer Tyreek Hill et Travis Kelce avec notamment des linebackers en zone. Le premier avait dominé lors du match précédent, et il n’a jamais eu l’occasion de faire parler sa vitesse sur cette finale. Il termine avec 7 réceptions pour 73 yards. Quant au TE, il a eu ses ballons habituels et affiche 10 réceptions pour 133 yards, mais lui aussi a souvent été contré avant de pouvoir faire des dégâts. En éliminant les longs gains, Tampa a cassé la dynamique de cette attaque.

Le coach des Chiefs, Andy Reid, a reconnu l’excellent plan de jeu de Bowles. Il a ainsi rendu hommage à son adversaire en déclarant : « Bowles a joué en zone sur les 1er et 2ème down, il a mélangé les choses sur 3ème down, et nous n’avons pas été capable de l’appréhender avec succès ».


Un recrutement payant

En début de saison, les Bucs ont tenté un coup de poker en décidant de faire signer Tom Brady. A 43 ans, il changeait de club pour la première fois de sa carrière, et devait apprendre un nouveau plan de jeu lors d’une intersaison perturbée par la pandémie. Mais après une petite période d’adaptation, le QB a dominé, terminant ainsi la saison avec 40 passes de touchdowns. En playoffs, son expérience et son esprit compétiteur et sa science du jeu ont fait la différence. Les Bucs ont ainsi remporté 3 matchs à l’extérieur pour s’offrir le droit de jouer un Super Bowl à Tampa.

En faisant venir Brady, les Buccaneers ont également accepté de se plier à certaines de ses demandes. On a ainsi pu voir d’autre joueur offensifs venir gonfler les rangs de l’équipe, à commencer par son pote Rob Gronkowski qui est sorti de sa retraite. Le QB a également fait le forcing pour qu’Antonio Brown soit recruté. La franchise a également fait signer le RB Leonard Fournette.

Lors du Super Bowl, tous les points ont été marqué par des joueurs qui n’étaient pas dans l’effectif l’année dernière. Tom Brady lance pour 3 touchdowns, 2 passes terminent dans les bras de Gronkowski, et la 3ème dans ceux de Brown. Le 4ème touchdown a été marqué par Leonard Fournette au sol. Même le kicker Ryan Succop était une recrue, lui qui a marqué les transformations et le field-goal. Un stratégie « court-terme » payante pour Tampa Bay.