Quelle première journée ! De jeudi, avec l’entrée en lice d’Ohio State et le comeback d’UCF, à dimanche et un match fou entre Notre Dame et Florida State, en passant par des chocs et des surprises samedi, cette Week 1 du championnat universitaire a été un parfait lancement pour la saison 2021 de football américain. Et le retour des fans n’a fait qu’ajouter à la folie ambiante.


Georgia impressionne en défense et s’offre Clemson.

  • (3) Clemson (0-1) 3 – (5) Georgia (1-0) 10

C’était le match le plus attendu de cette 1ère journée, avec un choc entre deux prétendants au titre national. Au terme d’un match disputé, dominé par les défenses, ce sont les Bulldogs qui sortent vainqueurs, et qui frappent un premier gros coup. La ligne offensive de Clemson n’a pas tenu le choc face aux défenseurs de Georgia, concédant 7 sacks sur le match. Nakobe Dean a été le chef de chantier, avec 2 sacks personnels. Jamais à l’aise, le QB des Tigers D.J Uiagalelei a passé une soirée très compliquée (178 yards, 1 INT). Et ça n’a pas été mieux au sol, avec 2 yards gagnés en 23 courses pour les Tigers…

Si la défense peut emmener les Bulldogs, il faudra que l’attaque trouve son rythme. Certes, l’adversaire était très coriace derrière, mais on attend plus de la part de J.T Daniels. Le QB de Georgia n’affiche que 135 yards et 1 interception en fin de rencontre, et son incapacité à jouer dans la profondeur a été frappante.

Ce succès de prestige lance parfaitement Georgia, qui se positionne immédiatement comme un candidat sérieux pour les playoffs. Pour Clemson, rien n’est perdu, mais il faudra surement réussir un sans faute à partir de maintenant.  Particulièrement mise en difficulté, la ligne offensive doit être le focus.


Les défenses de Penn State et Iowa font également la différence

  • (12) Wisconsin (0-1) 10 – (19) Penn State (1-0) 16
  • (18) Iowa (1-0) 34 – (17) Indiana (0-1) 6

En parlant de défense, le match entre Penn State et Wisconsin a été un modèle du genre. Aucune des deux équipes n’a marqué de point durant la première mi-temps, et les Nittany Lions ont réussi à l’emporter en forçant des erreurs adverses. Pendant une grande partie du match, les Badgers ont tenté de contrôler le tempo et le ballon, notamment en abusant du jeu au sol. Mais ils ont été inefficaces la plupart du temps. En fin de match, menés et dos au mur, ils ont du plus souvent jouer dans les airs, et Graham Mertz n’a jamais trouvé la solution. Le QB se fait ainsi intercepter à deux reprises dans le money time.

Il y a encore du travail pour Penn State, notamment offensivement, mais cette victoire est ce qu’il leur fallait pour repartir sur le bon pied après une saison 2020 ratée.

Une autre équipe a impressionné défensivement, il s’agit d’Iowa qui a écœuré Indiana dans un des duels de la conférence Big Ten. Inspirés, les Cyclones ont étouffé les leaders offensifs d’Indiana. Le QB Michael Penix affiche ainsi 156 yards (14/31) et 3 interceptions, et le WR Ty Frygogle est limité à 84 yards. C’est un coup d’arrêt pour les Hoosiers, qui voulaient continuer sur leur lancée, après une belle saison 2020.


Le rouleau compresseur Alabama déjà en marche

  • (14) Miami (0-1) 13 – (1) Alabama (1-0) 44

Durant l’intersaison, 10 joueurs des Crimson Tide ont été draftés en NFL, et malgré la perte de nombreuses stars, l’équipe reste dominante. Opposé à Miami, équipe classée 14ème lors de la pré-saison, Alabama a déroulé.

La défense s’est montrée très solide, emmenée par un Willie Anderson Jr en vue (9 plaquages, 1 sack). Et l’attaque a déjà affiché un gros rythme sous les ordres de Bill O’Brien. Successeur de Mac Jones et nouveau quarterback des Tide, Bryce Young a montré tout son potentiel lors de ce premier match. Il lance pour 344 yards (27/38) et 4 touchdowns. Il a largement remporté son duel face à D’Eriq King, qui ne termine qu’avec 178 yards (23/31) et 2 interceptions pour 1 seul touchdown.


Les Sooners se font une petite frayeur

  • Tulane (0-1) 35 – (2) Oklahoma (1-0) 40

Initialement prévu à New Orleans, ce match n’a pas pu se jouer sur le terrain des Green Wave à cause de l’ouragan Ida. Cette rencontre a donc été déplacé à Norman, et l’université de l’Oklahoma a fait un beau geste en peignant la vague verte de Tulane sur sa pelouse. Même privés de leurs fans, les visiteurs ont tout donné dans ce match de gala, et ils ont bien failli surprendre des Sooners bien apathiques en deuxième mi-temps.

Car à la pause, Oklahoma mène 37-14, notamment après avoir accéléré dans le deuxième quart-temps (23-0). Mais au retour des vestiaires, la motivation semble au niveau zéro, et Tulane a progressivement refait son retard. La Green Wave a même eu la balle en main pour passer devant dans la dernière minute.

Favori pour le trophée Heisman, Spencer Rattler n’a pas raté beaucoup de passes (30/39, 304 yards), mais il lance 2 interceptions pour 1 seul touchdown. Pas la performance escomptée. Défensivement, on attendait également beaucoup mieux des Sooners. Du côté de Tulane, le QB Michael Pratt a tout donné sur le terrain, et il termine avec 296 yards dans les airs, 34 au sol et 4 touchdowns au total.


Ohio State lance bien sa saison. C.J Stroud répond présent.

  • Minnesota (0-1) 31 – (4) Ohio State (1-0) 45

Classés numéro 4 dans le top 25 de pré-saison, les Buckeyes devaient se montrer à la hauteur d’entrée. Et une fois n’est pas coutume, le calendrier leur réservait une affiche contre une autre équipe de la conférence Big Ten en ouverture. Minnesota est une bonne équipe, qui retrouvait deux de ses leaders offensifs : le QB Tanner Morgan et le RB Mohamed Ibrahim. Et pendant une mi-temps, les Golden Gophers ont fait jeu égal, menant même de 4 points à la pause (14-10).

Interrogé en fin de rencontre, le coach des Buckeyes a révélé les coulisses du match. Après un début de match compliqué, Ryan Day a ainsi discuté avec son Quarterback C.J Stroud, en lui disant de « continuer sur le même rythme ». Une philosophie qui s’est montrée payante car le jeune QB a progressivement réglé la mire et Ohio State a fini par faire la différence. Ainsi, après avoir lancé pour 58 yards et 1 interceptions en 1ère mi-temps, Stroud a régulièrement trouvé ses receveurs dans la profondeur et marqué 4 touchdowns. Les Buckeyes se sont d’ailleurs spécialisés dans les longs touchdowns sur ce match, car les 6 ont été marqués de plus de 30 yards.

C.J Stroud Ohio State
Le premier match de C.J Stroud est globalement très encourageant (photo : PFF)

On pouvait attendre quelques difficultés à l’allumage pour C.J Stroud, qui était le remplaçant de Justin Fields en 2020 mais qui n’avait jamais lancé une passe au niveau universitaire. Sa deuxième mi-temps est très encourageante et cette attaque semble armée pour faire très mal. Le duo de WR Chris Olave (117 yards, 2 TD) et Garrett Wilson (80 yards, 1 TD) est particulièrement dangereux.

Du côté de Minnesota, la première mi-temps a été encourageante mais la défense a pris l’eau ensuite. Allouer 45 points est toujours douloureux, et encaisser 6 longs touchdowns est un problème. Offensivement, Tanner Morgan a été correct (205 yards, 1 TD) et Mohamed Ibrahim a été excellent (163 yards, 2 TD) avant de sortir sur blessure en fin de 3ème quart-temps.


Steve Sarkisian débute avec un beau succès

  • (21) Texas (1-0) 38 – (23) Louisiana (0-1) 18

Pour son premier match à la tête des Longhorns, Steve Sarkisian avait un premier test intéressant. Les Ragin’ Cajuns ont démarré la saison dans le top 25 et ils avaient surpris Iowa State au même moment il y a un an. Mais Texas s’est montré très solide et a remporté une victoire facile.

Offensivement, le nouveau QB Hudson Card a été bon, lançant pour 224 yards et 2 touchdown. Et le RB Bijan Robinson a tenu les promesses avec 103 yards au sol, 73 dans les airs, et 2 touchdowns au total. Encore mieux, les Longhorns ont été au rendez-vous défensivement, ce qui était un problème lors des saisons précédentes. On ne va pas ressortir le slogan « Texas is back » tout de suite, mais cette première sortie est très encourageante.


Gros comeback et victoire de UCF pour la première de Gus Malzahn

  • UCF (1-0) 36 – Boise State (0-1) 31

Première mouvementée pour Gus Malzahn à la tête de l’université de Central Florida. L’ex-coach d’Auburn a d’abord dû patienter car une météo capricieuse a décalé le coup d’envoi de 3 heures. Puis une fois le match lancé, son équipe a rapidement pris du retard, et les Knights ont été mené jusqu’à 21-0 dans le 2ème quart-temps. Sur le premier drive de UCF, le QB Dillon Gabriel voit même une passe interceptée et retournée en touchdown de 100 yards…

Puis Gabriel et les Knights se sont repris et ont montré une force de caractère qui a dû faire plaisir au nouveau coach. A la pause, l’écart n’est plus que de 10 points et UCF revient définitivement dans le match en tout début de 3ème quart-temps. Malgré une nouvelle interception, qui débouche sur un touchdown des Broncos, Dillon Gabriel réagit vite pour remonter le terrain et le RB Isaiah Bowser fait repasser son équipe devant pour de bon. Gabriel termine le match avec 318 yards, 4 touchdowns et 2 interceptions, tandis que Bowser affiche 170 yards et 1 touchdown au sol.

Avec l’arrivée de Gus Malzahn, UCF veut passer un cap. Le coach s’est déjà servi de son aura et a lancé le slogan « Le futur du College Football vit ici ». Ce comeback inaugural peut permettre de lancer cette nouvelle ère à Orlando.


Sam Howell et North Carolina chutent d’entrée à Blacksburg

  • Virginia Tech (1-0) 17 – (10) North Carolina (0-1) 10

Les fans sont de retour et quelle différence cela fait ! Demandez aux joueurs de North Carolina, incapables de s’entendre avant les snaps à cause du bruit d’enfer qui descendait des tribunes d’un Lane Stadium plein a craqué. Le stade des Hokies est réputé comme l’un des plus chaud du pays, et la marée orange a tenu ses promesses pour ce premier match de la saison. Gonflés à bloc, les 65 000 fans n’ont pas arrêté de l’entrée des joueurs sur le fameux « Enter Sandman » de Metallica à l’envahissement traditionnel du terrain après le coup de sifflet final.

Une atmosphère qui a évidemment aidé les joueurs de Virginia Tech à se surpasser, et à créer la première surprise de cette saison 2021. Car dans cette affiche de la conférence ACC, ce sont bien les Tar Heels qui arrivaient comme favoris, forts d’une belle saison 2020 et d’une 10ème place dans le classement de pré-saison. Et pourtant, les Hokies vont rapidement prendre les commandes, avec un premier drive bien mené qui se termine par un touchdown au sol du QB Braxton Burmeister. Dans le deuxième quart-temps, le Quarterback trouve son TE James Mitchell pour doubler la mise et donner 14 points d’avance à son équipe à la pause. L’écart aurait même pu être plus important car Virginia Tech a commis quelques erreurs, qui ont empêché de capitaliser sur les beaux stops de la défense.

North Carolina a bien tenté de revenir, et le touchdown de Josh Downs sur une passe de 37 yards de Sam Howell dans le 3ème quart-temps les a relancés, mais cette équipe n’a finalement jamais réellement trouvé son rythme. Vu comme l’un des favoris pour le trophée Heisman cette année, Howell a déjà une grosse tâche sur son dossier. Il termine ce premier match avec 208 yards (17/32) et 1 seul touchdown pour 3 interceptions. Les Tar Heels ont perdu la majorité des leaders offensifs durant l’intersaison et le Quarterback s’est clairement retrouvé un peu perdu, mal protégé et sans solutions.


Notre Dame s’en sort en prolongation. De l’espoir chez les Seminoles.

  • Florida State (0-1) 38 – (9) Notre Dame (1-0) 41

La cerise sur le gâteau. Dernier match de cette Week 1, dans la nuit de dimanche à lundi, ce match entre les Fighting Irish et les Seminoles a parfaitement clôturé un premier week-end exceptionnel. Après une première mi-temps globalement équilibrée, Notre Dame a fait parler son statut pour faire le break dans le 3ème quart-temps. Mais Florida State a montré du cœur, remontant un déficit de 18 points, notamment grâce à l’entrée du QB McKenzie Milton.

Ancienne star de UCF, Milton avait subi une très grave blessure à la jambe en novembre 2018. Sa carrière était alors menacée, mais il a réussi à revenir. Il a décidé de partir pour Florida State avant cette saison, et a débuté comme QB numéro 2 des Seminoles derrière Jordan Travis. Et lorsque ce dernier s’est blessé, dans le 4ème quart-temps, Milton nous a offert un comeback inspirant. Il a même réussi à effacer les 10 points de retard de son équipe en jouant très bien, et à arracher une prolongation. Notre Dame finira par s’imposer, mais l’important était également ailleurs, et l’émotion du jeune Quarterback, en larmes auprès de sa famille après le match, a donné des frissons. Et avec une performance comme celle-ci, Milton peut faire réfléchir le coach Mike Norvell…

Du côté des Fighting Irish, il faudra retenir le bon match de Jack Coan. Le QB s’est montré sérieux et opportuniste, et termine avec 366 yards (26/35) et 4 touchdowns pour 1 interception.


Chip Kelly et UCLA dominent LSU. Washington trébuche d’entrée.

  • UCLA (2-0) 38 – (16) LSU (0-1) 27
  • (20) Washington (0-1) 7 – Montana (1-0) 13

On en parlait avant la saison, c’est peut-être la saison où UCLA va exploser. Pour la 4ème année de Chip Kelly à la tête des Bruins, l’effectif semble en effet cohérent et compétitif. Et après un premier large succès contre Hawaai lors de la Week 0, UCLA a confirmé en dominant LSU au Rose Bowl. Très efficace, le QB Dorian Thompson-Robinson lance pour 260 yards et 3 touchdowns (1 interception) en ne lançant que 16 passes (9 réussies). Au sol, le RB Zach Charbonnet convertit ses 11 courses en 117 yards et 1 touchdown.

UCLA vs LSU
Il va falloir compter sur UCLA dans la conférence Pac-12 (photo : CBS Sports)

Pour LSU, qui a remporté le titre national il y a moins de 2 ans, ce premier match rappelle plus la mauvaise saison 2020. Si le duo Max Johnson (330 yards, 3 TD, 1 INT) – Kayshon Boutte (9 réc, 148 yards, 3 TD) a été performant, le jeu au sol n’a pas existé et la défense n’a pas su hausser son niveau.

Fortune différente pour une autre équipe de la Pac-12, car Washington a chuté d’entrée, et face à une équipe du niveau FCS… Une équipe classée n’avait plus perdu contre un adversaire de la FCS depuis 2016, et c’est seulement la 5ème fois de l’histoire que cela arrive. La performance est donc historique pour Montana.

Les Grizzlies ont été solides, mais ce sont bien les Huskies qui se sont tirés tous seuls une balle dans le pied. L’attaque n’a rien produit, et le QB Dylan Morris a sorti un match indigent avec notamment 3 interceptions.


Victoire historique pour Charlotte

  • Charlotte (1-0) 31 – Duke (0-1) 28

Il suffisait de voir l’émotion du coach des 49ers pour comprendre l’ampleur du résultat. Pour la première fois de l’histoire de l’université de Charlotte, l’équipe de football américain a remporté un match face à un programme du Power 5.

Les 49ers se sont appuyés sur une très grosse performance du QB Chris Reynolds, qui lance pour 324 yards et 3 touchdowns. Son dernier touchdown, à 40 secondes de la fin du match, permet à Charlotte de l’emporter. Deux WR de l’équipe terminent à plus de 100 yards : Victor Tucker (133) et surtout Grant DuBose (118) qui marque aussi un doublé.

Pour ses débuts comme QB titulaire de Duke, Gunnar Holmberg n’a pas été mauvais (228 yards, 1 TD), mais il a tout de même perdu un fumble crucial. Le joueur offensif le plus en vue des Blue Devils a été le RB Mataeo Durant, qui affiche 255 yards et 3 touchdowns au sol.


Desmond Ridder, grand gagnant de cette 1ère journée

  • (8) Cincinnati (1-0) 49 – Miami (OH) (0-1) 14

Si l’on met de côté Bryce Young, très convaincant pour ses débuts avec Alabama, les QB prétendants au trophée Heisman n’ont pas été à la fête. Spencer Rattler a lancé 2 interceptions lors du cours succès des Sooners face à Tulane, Sam Howell en a lancé 3 lors du revers de North Carolina sur le terrain de Virginia Tech, D.J Uiagalelei a été constamment harassé par la défense des Bulldogs, et Brock Purdy a été poussif à l’image d’Iowa State.

Du coup, Desmond Ridder s’est positionné comme un candidat à ne pas oublier après un premier match abouti. Cincinnati a continué sur sa lancée de 2020, en battant largement Miami (Ohio), le champion en titre de la conférence MAC. Ridder a été le fer de lance de l’attaque des Bearcats, avec 295 yards dans les airs, 31 au sol et 5 touchdowns au total.


Les Spartans dominants au sol

  • Northwestern (0-1) 21 – Michigan State (1-0) 38

Belle entrée en matière pour Michigan State, qui revient de cette Week 1 avec une victoire à l’extérieur. Les Spartans ont fait la différence avec leur jeu au sol, qui termine avec un total de 326 yards sur cette rencontre. Le RB Kenneth Walker, un transfert en provenance de Wake Forest, s’est particulièrement illustré avec 264 yards et 4 touchdowns. Malgré le bon match de leur QB Hunter Johnson (283 yards, 3 TD), le Wildcats s’inclinent déjà.


Autres résultats majeurs de la Week 1

  • (6) Texas A&M (1-0) 41 – Kent State (0-1) 10
  • (7) Iowa State (1-0) 16 – Northern Iowa (0-1) 10
  • (11) Oregon (1-0) 31 – Fresno State (1-1) 24
  • (13) Florida (1-0) 35 – Florida Atlantic (0-1) 14
  • (15) USC (1-0) 30 – San José State (1-1) 7
  • (22) Coastal Carolina (1-0) 52 – The Citadel (0-1) 14
  • (24) Utah (1-0) 40 – Weber State (0-1) 17
  • (25) Arizona State (1-0) 41 – Southern Utah (0-2) 14
  • Michigan (1-0) 47 – Western Michigan (0-1) 14
  • Auburn (1-0) 60 – Akron (0-1) 10

Les plus grosses performances de la semaine

QB

  1. Bailey Zappe (Western Kentucky) : 28/35, 424 yards, 7 TD – 1 INT
  2. Bryce Young (Alabama) : 27/38, 344 yards, 4 TD
  3. Nick Starkel (San José State) : 16/27, 394 yards, 4 TD – 1 INT

RB

  1. Kenneth Walker III (Michigan State) : 23 courses, 264 yards, 4 TD
  2. Mateo Durant (Duke) : 29 courses, 255 yards, 3 TD
  3. DeAndre Torrey (North Texas) : 25 courses, 244 yards, 3 TD

WR

  1. Kayshon Boutte (LSU) : 9 réceptions, 148 yards, 3 TD
  2. Corey Rucker (Arksansas State) : 9 réceptions, 138 yards, 3 TD
  3. Zahkari Franklin (UTSA) : 10 réceptions, 155 yards, 1 TD