Il y a 1 an, Tom Brady et les Buccaneers étaient les premiers à remporter le Super Bowl dans leur stade. Hier, les Rams ont réussi la même performance en s’offrant les Bengals dans un match très serré. Devant de 3 points à la pause, la franchise de Los Angeles a dû courir après le score sur la fin, et Matthew Stafford a signé le plus beau comeback de sa carrière. Les autres stars de L.A, comme Cooper Kupp, élu MVP, ou Aaron Donald, décisif avec 2 sacks, ont également brillées.

Retour sur ce Super Bowl LVI, marqué par les stars du football américain sur le terrain, les stars de la musique qui ont animé le show de la mi-temps, et les stars Hollywoodiennes qui s’étaient données rendez-vous dans les tribunes.


Le film de le finale

 Q1Q2Q3Q4Score Final
Cincinnati Bengals3710020
Los Angeles Rams763723

1ère mi-temps

Après un long protocole, l’hymne national, et un « speech » motivateur de Dwayne Johnson, le coup d’envoi du 56ème Super Bowl a enfin été donné ! Vainqueurs du « toss », les Bengals ont décidé de laisser la ballon aux Rams pour débuter.

Après un premier 1st down pour L.A, Trey Hendrickson s’illustre avec le premier sack de la rencontre et force le punt. Le départ est encore moins concluant pour Cincinnati, qui décidé de tenter de convertir un 4th down, mais qui échoue. Les Rams en profitent pour avoir une bonne position de départ sur le terrain, et Cooper Kupp signe un premier beau gain de 20 yards. Quelques actions plus tard, Odell Beckham prend le meilleur sur Mike Hilton et marque le premier touchdown du match (7-0).

Les Rams confirment en forçant un 3&out, mais la défense des Bengals offre une bonne réponse derrière. Il faut attendre la fin du 1er quart-temps pour voir enfin une « big play » de Cincy, avec l’inévitable Ja’Marr Chase, qui prend le dessus sur Jalen Ramsey pour une réception de 46 yards. Le CB de Los Angeles se rattrape dans son en-but en évitant un touchdown, et les Bengals doivent se contenter d’un field-goal (7-3).

Le 2ème quart-temps s’ouvre sur une nouvelle bonne réception de 35 yards d’OBJ, qui a beaucoup de libertés sur ce début de rencontre. Matthew Stafford se montre précis et trouve Cooper Kupp dans le dos de la défense pour doubler la mise. La transformation est manquée mais L.A prend 10 points d’avance (13-3).

L’attaque de Cincinnati parvient enfin à trouver du rythme et réagit. Ja’Marr Chase puis Joe Mixon font notamment avancer l’équipe avec deux 1st downs consécutifs. Puis une réception de Tee Higgins amène les Bengals en redzone. Zac Taylor et son staff décident alors de se montrer créatifs. Joe Burrow transmet le ballon à Joe Mixon, qui part sur la droite, mais qui stoppe sa course pour lancer la balle et trouver Higgins dans l’en-but (13-10).

Le score ne bougera plus jusqu’à la mi-temps, mais les Rams vont connaitre quelques soucis pour terminer. Ils perdent d’abord Odell Beckham Jr, qui se blesse au genou tout seul, puis Matthew Stafford se fait intercepter par Jessie Bates III sur une passe longue un peu trop forcée.

Mi-temps

Pendant la pause, Dr Dre et Snoop Dogg apparaissent au milieu d’un quartier de Los Angeles recréé et ils commencent à faire le show. Invité surprise, 50 Cent enchaîne, avant que Mary J Blige, Eminem et Kendrick Lamar prennent le relais. Particulièrement attendu, le show de la mi-temps à tenu ses promesses.

Show mi-temps Super Bowl LVI
Le casting du show de la mi-temps était au niveau de l’évènement (photo : Getty)

2ème mi-temps

Cincinnati a la balle en main pour démarrer le 3ème quart-temps, et sur la première passe, Tee Higgins prend le dessus sur Jalen Ramsey et part marquer un touchdown de 75 yards. Tombé sur l’action, Jalen Ramsey a clairement été victime d’une faute de la part du WR, qui accroche son « facemask ». Le touchdown aurait dû être annulé, mais il est bien validé et les Bengals passent devant (13-17). Un changement de momentum qui se confirme dans la foulée, car la première passe de Matthew Stafford est mal maitrisée par Ben Skowronek et est interceptée par Chidobe Awuzie. Après un 4th down converti par Joe Burrow au sol, Aaron Donald hausse le ton avec 2 sacks et limite la casse. Les Bengals prennent tout de même 7 points d’avance avec un field-goal (13-20).

Les Rams tentent de repartir de l’avant, dans les airs principalement car le jeu au sol est bien bloqué par la défense de Cincinnati. Matt Gay réduit l’écart avec un field-goal à un peu plus de 5 minutes de la fin du 3ème quart-temps. Vient alors une assez longue période de flottement, où la tension s’est clairement fait ressentir. Les deux attaques patinent et enchaînent les punts. Du côté des Bengals, la protection de Joe Burrow commence à poser de plus en plus problème, et le QB subit plusieurs sacks.

Il faut attendre les 6 dernières minutes pour que ça bouge enfin. Confrontés à un 4th down dans leur camp, les Rams prennent le risque et tentent le coup. Cooper Kupp le converti et commence à prendre les choses en main. Matthew Stafford le cherche régulièrement et L.A arrive en redzone pour le « 2 minutes warning ». Pas un soucis sur ce match, les pénalités commencent à peser. Les Bengals sont sanctionnés plusieurs fois et cela permet aux Rams de conserver la balle. Un touchdown est ensuite annulé pour Los Angeles à cause d’une faute, mais ce n’est que partie remise car Kupp remet ça quelques instants plus tard pour signer un doublé. Les Rams repassent devant à 1 minute 25 de la fin (23-20).

Dos au mur, les Bengals ne perdent pas de temps. Ja’Marr Chase bat encore Jalen Ramsey, puis une autre réception de Tyler Boyd fait arriver Cincinnati à la mi-terrain. Après une bonne séquence défensive des Rams, Joe Burrow se retrouve face à un 4th&1 crucial. Le QB reçoit la balle, mais Aaron Donald surgit et le force à se débarrasser de la balle, qui ne trouve personne.

Les Rams remportent le Super Bowl LVI, le deuxième titre de l’histoire de la franchise !


Analyse du match

Cooper Kupp nommé MVP du Super Bowl

Quelle saison pour le WR des Rams ! Rapidement devenu le meilleur ami de Matthew Stafford, Kupp a signé une saison régulière exceptionnelle lors de laquelle il est passé tout proche des records NFL. Il est notamment devenu le 4ème joueur de l’histoire à remporter le triple couronne, c’est-à-dire qu’il a terminé leader de la ligue en réceptions (145), yards (1 947) et touchdowns (16). Une domination qui s’est confirmée en playoffs, et encore lors de ce Super Bowl.

Kupp termine avec 8 réceptions, 92 yards et 2 touchdowns, dont celui qui donne la victoire en fin de rencontre. Elu MVP de la finale, il rajoutera ce trophée à celui de Meilleur Joueur Offensif de la saison, obtenu il y a quelques jours. Un seul joueur dans l’histoire avait déjà obtenu ces trois distinctions sur une même saison : Jerry Rice.

Aaron Donald est allé chercher sa bague

On ne sait pas quel sera le futur d’Aaron Donald, car il a laissé penser qu’il pourrait prendre sa retraite en cas de victoire au Super Bowl, le seul trophée qui lui manquait. Plutôt discret en 1ère mi-temps, car souvent pris par plusieurs bloqueurs, Aaron Donald et l’ensemble de la ligne défensive des Rams sont montés en puissance en 2ème partie de match. Los Angeles a ainsi terminé la rencontre en égalant le record de sacks en finale (7), avec 2 pour Aaron Donald et 2 pour Von Miller notamment. Ce dernier bat ainsi le record de sacks au Super Bowl, avec 4.5 en 2 participations.

Pour revenir à Donald, il a également tenu à signer l’action décisive, celle qui a scellé le succès de son équipe. Sur la 4ème tentative des Bengals, il a ainsi pulvérisé les bloqueurs de Cincinnati pour aller mettre la pression sur Joe Burrow, qui a été obligé de se débarrasser du ballon. Sa première réaction a été de montrer son doigt, car il savait qu’il avait enfin réussi à gagner cette bague de champion.

Trophée Lombardi
Le trophée Lombardi, Graal enfin atteint pour Aaron Donald et Matthew Stafford (photo : AP)

Matthew Stafford obtient ce qu’il était venu chercher

Arrivé à Los Angeles durant la dernière intersaison, Matthew Stafford connaissait sa mission et celle de son nouveau club : gagner le Super Bowl. Sean McVay et son staff pensaient qu’il était l’homme de la situation, et quelques mois plus tard, il s’avère qu’ils ont eu raison.

Avant cette saison, Stafford n’avait jamais remporté de match en playoffs (0-3 avec Detroit), et il n’avait jamais battu les Bengals (0-3). Très solide lors de ces 3 victoires aux tours précédents, il a continué sur la même lancée avec un début de rencontre très bon et une très belle passe sur le touchdown d’Odell Beckham Jr. Mais la sortie sur blessure du WR a semblé dérégler un peu la machine et il a connu une période plus compliquée, avec notamment 2 interceptions entre la fin du 2ème et le 3ème quart-temps. Puis comme souvent durant sa carrière, il a retrouvé son meilleur niveau pour aller chercher la victoire sur la fin, et à l’issue d’un nouveau comeback dans le 4ème quart-temps (le 36ème de sa carrière), il s’offre ce titre de champion tant convoité.

Soirée émotions pour Odell Beckham Jr

Depuis son arrivée en Californie, OBJ a retrouvé des couleurs. Excellent sur la fin de saison régulière et en playoffs, il a été le joueur offensif le plus dangereux des Rams sur le début du match hier. Sur ses 2 premières réceptions, dans le 1er quart-temps, il gagne 52 yards et marque le premier touchdown du match. Mais alors qu’on pensait qu’il allait signer un énorme match, le WR s’est blessé au genou dans le 2ème quart-temps, et il n’a pas pu revenir. Clairement ému sur la touche lorsqu’il a rejoint ses coéquipiers, il a ensuite encouragé l’équipe. Une fois la victoire assurée, Odell Beckham n’a pu contenir ses larmes. Entre tristesse d’une probable grosse blessure et joie d’un Super Bowl remporté, sa soirée a été particulière.

Joe Burrow a fini par subir la pression

Jusqu’ici, Joe Burrow avait réussi à survivre à de nombreux sacks (51 en saison régulière, 9 sur le seul match face aux Titans lors du Divisional Round…), mais comme on pouvait le prévoir, il a fini pour souffrir face à la défense féroce des Rams. Sacké seulement 1 fois durant la 1ère mi-temps, mais bien contenu dans sa pocket par L.A, Burrow a ensuite pris des vagues sur la deuxième partie de match. Le QB termine avec 7 sacks subis, un record égalé pour le Super Bowl. Au total sur les playoffs, il aura pris 19 sacks, un record absolu. Les Bengals savaient quelle zone renforcée, et cela n’a pas changé.

La ligne offensive a donc fini par craquer en deuxième mi-temps, et cela a plongé l’attaque de Cincinnati dans le dur, avec une succession de punts. Malgré tout, Joe Burrow et ses coéquipiers ont réussi quelques belles choses offensivement. Lorsqu’il a eu un peu de temps, le QB a trouvé Ja’Marr Chase et Tee Higgins dans la profondeur. Les deux WR ont d’ailleurs pris plusieurs fois le dessus sur le CB All-Pro Jalen Ramsey, même si le touchdown de 75 yards du second est entaché d’une faute.

La défense de Cincy fait le job

Pas forcément la force de cette équipe, la défense a constamment effectué son travail durant les playoffs. Hier encore, elle a bien tenu et elle a forcé des pertes de balle. Les Bengals ont ainsi réussi 2 interceptions, une en fin de 2ème quart-temps pour éviter un écart plus grand à la pause, puis un autre en début de 3ème quart-temps qui a permis de prendre 10 points d’avance dans un moment fort. Cette défense a également obligé Sean McVay et les Rams à adapter leur plan de jeu, en annihilant le jeu au sol. L.A n’a gagné que 43 yards en 23 courses, soit une moyenne famélique de 1.9 yards. Les RB n’ont pas existé dans ce secteur. Hélas pour Cincinnati, la défense aérienne n’a pas réussi à stopper Matthew Stafford et Cooper Kupp sur la possession décisive.

Sean McVay écrit l’histoire

Il y a 3 ans, Sean McVay devenait le plus jeune coach de l’histoire à participer au Super Bowl, mais il avait perdu face aux Pats de Bill Belichick. De retour en finale, le coach est sorti vainqueur cette fois, face à un autre jeune entraineur qui a fait ses armes avec lui (Zac Taylor). Et à 36 ans et 20 jours, McVay est devenu le plus jeune coach vainqueur du Super Bowl. Il bat le record de Mike Tomlin, qui avait lui 36 ans et 323 jours lors du Super Bowl XLIII.


Les stats de la rencontre

Cincinnati BengalsLos Angeles Rams
Passing Passing 
Joe Burrow22/33, 263 yards, 1 TDMatthew Stafford26/40, 283 yards, 3 TD – 2 INT
Rushing Rushing 
Joe Mixon15 courses, 72 yardsCam Akers13 courses, 21 yards
Receiving Receiving 
Tee Higgins4 réceptions, 100 yards, 2 TDCooper Kupp8 réceptions, 92 yards, 2 TD
Ja’Marr Chase5 réceptions, 89 yardsOdell Beckham Jr2 réceptions, 51 yards, 1 TD