Quoi de mieux qu’une rivalité pour un titre de conférence ? Bête noire des Rams depuis quelques saisons, San Francisco vise le « sweep ». D’un côté, Sean McVay mise sur ses idées et sur ses stars pour faire la différence par le talent, de l’autre, Kyle Shanahan essaie d’injecter un peu de créativité aux qualités physiques de ses joueurs.


Où et quand ?

  • Lundi 31 janvier, à 00h30
  • SoFI Stadium, Inglewood

Diffusion TV en France

  • La chaîne L’Equipe (en clair)
  • BeIN Sports

Précédemment dans la saison

Los Angeles Rams

Longtemps derrière les Cardinals au classement cette saison, les Rams ont profité de la baisse de régime de leur rival et ont remporté le match de retour pour passer devant. La franchise de L.A a donc fini par remporter le titre de division NFC West, mais on est régulièrement resté sur notre faim durant la saison régulière. La franchise s’est construit un effectif pour aller au bout, et ils n’ont pas toujours été au niveau espéré.

Un niveau enfin visible sur les playoffs, avec des stars au rendez-vous, en attaque (Matthew Stafford, Cooper Kupp, Odell Beckham Jr) comme en défense (Aaron Donald, Von Miller). Le match de wild-card a ainsi été une formalité face au rival Arizona (34-11). Et on a revu la même puissance lors des 3 premiers quart-temps à Tampa, avant une fin de match compliqué qui a vu Tom Brady et les Bucs marquer 24 points consécutifs et réussir un gros comeback. Heureusement, les Rams ont eu le dernier mot grâce à un field-goal (30-27).

San Francisco 49ers

Pour San Francisco, la route a été plus compliquée, et il a fallu attendre une victoire en prolongation… à Los Angeles lors de la dernière journée de la saison régulière pour assurer une place en playoffs. Dans son genre, Jimmy Garoppolo est un quarterback frustrant, avec une saison globalement bonne mais quelques matchs stressants. On sait que cette équipe est armée pour aller loin, puisque de nombreux coachs et joueurs présents au Super Bowl en 2020 sont toujours là. 

En déplacement à Dallas lors du match de wild-card, les 49ers ont pris le dessus sur le vieux rival (23-17). Seule équipe à l’emporter à l’extérieur sur ce premier tour, ils ont joué une rencontre solide sur toutes les phases avant de tenir une fin de match confuse. Le week-end dernier, les conditions hivernale et le public du Lambeau Field n’ont pas impressionné les Niners, qui ont une nouvelle fois battus les Packers et Aaron Rodgers (13-10). Deebo Samuel continue d’être une arme électrique et la défense joue à son meilleur niveau au bon moment.


Historique

Membre de la même division, les Rams et les 49ers ont l’habitude de se jouer régulièrement depuis 1950. Au total, il y a eu 145 affrontements entre ces rivaux. Jusqu’en 1980, les Rams dominaient les débats, mais la grande période des 49ers dans les années 80 et 90 a inversé la tendance. A ce jour, San Francisco a remporté 75 matchs, Los Angeles 67 et il y a eu 3 matchs nuls.

Comme les deux franchises font partie de la division NFC West, elles se croisent 2 fois par an en saison régulière. Les Niners ont remporté les deux matchs en 2021, le premier à domicile en novembre (31-10) et le second en prolongations au SoFi Stadium lors de la dernière journée (27-24). San Francisco a ainsi remporté les 6 dernières confrontations face au rival.

rivalité 49ers Rams
Nouveau volet de la rivalité entre les 49ers et les Rams ce week-end (photo : Getty)

En ce qui concerne les playoffs, il n’y a qu’un seule match entre les Rams et les 49ers, c’était en finale de conférence NFC déjà, lors de la saison 1989. Emmenés par Joe Montana (262 yards, 2 TD, les 49ers avaient largement dominé les Rams (30-3). Deux semaines plus tard, San Francisco battait Denver lors du Super Bowl XXIV pour remporter son 4ème trophée Lombardi.


Comparaison des équipes

Los Angeles RamsSan Francisco 49ers
 Attaque 
372.1 (9)Yards (total)375.7 (7)
273.1 (5)Yards à la passe248.3 (12)
99.0 (25)Yards au sol127.4 (7)
27.1 (8)Points par match25.1 (13)
 Défense 
344.9 (17)Yards (total) alloués310.0 (3)
241.7 (22)Yards à la passe alloués206.5 (6)
103.2 (6)Yards au sol alloués103.5 (7)
21.9 (15)Points par matchs encaissés21.5 (10)
25 (10)Pertes de balle forcées20 (19)
50 (3)Sacks48 (5)

Leaders statistiques

Los Angeles RamsSan Francisco 49ers
Attaque
Matthew Stafford : 4 886 yards, 41 TD – 17 INTPassingJimmy Garoppolo : 3 810 yards, 20 TD – 12 INT
Sony Michel : 845 yards, 4.1 YPA, 4 TDRushingElijah Mitchell : 963 yards, 4.7 YPA, 5 TD
Cooper Kupp : 145 réceptions, 1 947 yards, 16 TDReceivingDeebo Samuel : 77 réceptions, 1 405 yards, 6 TD
 Défense 
Aaron Donald : 12.5SacksNick Bosa : 15.5
Jordan Fuller : 113PlaquagesFred Warner : 137
Jalen Ramsey / Taylor Rapp : 4InterceptionsJimmie Ward : 2

Clés du match

Les Hollywood Rams, destinés à aller au Super Bowl ?

Soyons clairs, c’est Super Bowl ou rien pour les Rams. Déjà dans les favoris avant la saison, ils ont ajouté des pièces clés en cours de route pour se construire un effectif XXL. Des stars qui ont un prix et qui ont « forcé » la franchise à mettre son futur en danger. Car les Rams n’auront que très peu de choix de Draft dans les années à venir, et ils devront gérer un aspect financier délicat.

Dans un premier temps, cette dream team n’a pas vraiment convaincu, et le niveau de jeu des Rams était loin de celui d’un candidat à la victoire finale. Cela s’est amélioré sur la fin de saison, ce qui a permis d’aller chercher le titre de division NFC West. Et comme par hasard, les nouvelles stars se sont mises à briller, des deux côtés du terrain.

En attaque, Odell Beckham Jr a trouvé le rythme et il s’est imposé comme la 2ème option pour Matthew Stafford. En 8 matchs avec les Rams, OBJ affiche ainsi 5 touchdowns, alors qu’il n’en avait marqué que 7 en 29 matchs avec les Browns. Il profite de la présence de Cooper Kupp, auteur d’une saison historique, pour se retrouver plus souvent en 1 contre 1, et son talent parle.

En défense, c’est Von Miller qui fait la différence. Recruté à Denver à la mi-saison, il a mis quelques semaines à se mettre dans le bain Californien. Depuis la Week 15, le pass-rusher a retrouvé ses sensations et sa productivité, avec au moins 1 sack sur chacune des 6 derniers matchs (7 au total). Il permet à la ligne défensive de Los Angeles de prendre une nouvelle dimension, en libérant notamment Aaron Donald et/ou Leonard Floyd. Ce monstre à 3 têtes est particulièrement dangereux, et Tom Brady en a fait les frais au tour précédent. Ce sera une zone clé du match face à San Francisco, car les 49ers n’avaient pas alloué de sack lors des deux matchs de saison régulière.

Si les Hollywood Rams semblent armés pour aller au bout, ils devront tout de même régler un petit trouble de la personnalité. Car cette équipe a subi deux comebacks sur ses 3 derniers matchs, et la sortie était proche dimanche dernier à Tampa. Largement devant au milieu du 3ème quart-temps (27-3), ils ont multiplié les erreurs pour laisser Tom Brady et les Bucs revenir et même égaliser à 42 secondes de la fin… Même combat lors de la dernière journée de la saison régulière face aux 49ers, lorsqu’ils menaient 17-3 à la mi-temps avant de perdre en prolongation. Une défaite qui a permis à San Francisco de remporter les 2 matchs de la saison et de se qualifier pour les playoffs.

Une bête noire qui mise sur son physique et sa créativité

Un des duels de cette affiche oppose deux jeunes coachs : Kyle Shanahan (49ers) et Sean McVay (Rams). Stars de la nouvelle génération, qui a convaincu avec ses idées novatrices, ils visent chacun un premier titre. Shanahan comme McVay ont déjà emmené leur équipe en finale, mais sans victoire au bout. Au-delà de la rivalité entre les deux franchises de la NFC West, il y a également une petite lutte de pouvoir, qui penche clairement du côté de Shanahan et de San Francisco. En 10 matchs l’un contre l’autre, Kyle Shanahan a gagné 7 fois. Mais le pire est la série en course, avec 6 victoires de rang pour les 49ers face aux Rams, dont les 2 matchs de saison régulière cette saison. Moins talentueux que les Rams, les Niners s’appuient sur plusieurs traits de caractère pour s’en sortir : le physique et la créativité.

En attaque, cela passe par un jeu au sol souvent dominant, qui permet d’user les défenses adverses et qui protège Jimmy Garoppolo. Shanahan essaie toujours d’installer son jeu au sol d’entrée, et si cela marche, on peut le voir courir 10 fois de suite sur une même possession. Le rookie Elijah Mitchell est le RB numéro 1 et il sera souvent utilisé dimanche, mais l’injection d’une touche de créativité est clé pour dérouter les meilleurs défenses dans ce secteur. C’est là où Deebo Samuel fait son entrée. Le WR All-Pro s’est imposé comme l’une des armes offensives les plus dangereuses de la ligue, et il est de plus en plus souvent utilisé au sol. Au-delà de ses 1 405 yards (et 6 TD) dans les airs, Samuel a marqué 8 touchdowns sur des courses. Sur les 2 matchs de playoffs, il affiche 20 courses pour 111 yards et 1 TD. Il a été en vue lors des 2 affrontements de la saison face aux Rams, avec 133 yards et 2 touchdowns sur le 1er match et 140 yards au total sur le 2ème. Il est le facteur X de ce match.

En défense, la dimension physique est très importante, et elle s’est renforcée au fur et à mesure de la saison. Et l’escouade n’a jamais été si dangereuse que sur les playoffs. Sur les 2 matchs de playoffs, les 49ers ont ainsi signé 10 sacks et ils n’ont alloué que 27 points, alors qu’ils ont joué deux des meilleures attaques de la ligue (Dallas et Green Bay). Le week-end dernier, si l’on retire le premier drive des Packers, ils ont limité les Packers à 194 yards offensifs et 0 touchdown. Pas étonnant que DeMeco Ryans soit un nom en vogue pour devenir coach principal. Cette défense des Niners a fait souffrir les Rams lors des 2 matchs de la saison régulière, avec 4 interceptions et 7 sacks notamment sur Matthew Stafford.


A lire également : Présentation de la finale de conférence AFC