Fondée en 1960 sous le nom de New York Titans, la franchise devient les New York Jets dès 1963. Quelques années plus tard, le succès va être au rendez-vous en AFL et la victoire au Super Bowl III va accélérer la formation de la NFL réunifiée. Depuis ce titre, l’unique de l’histoire de la franchise, les Jets ont connu quelques belles saisons, mais ils ne sont jamais retournés en finale. Pourtant, les bons joueurs n’ont pas manqué.

Attaque

Quarterbacks

Titulaire : Joe Namath

Remplaçants : Ken O’Brien, Chad Pennington

Pour comprendre l’impact de Joe Namath, il ne faut pas trop s’attarder sur ses stats. Car en effet, le QB affiche un bilan négatif avec 60 victoires pour 61 défaites, et il a lancé plus d’interceptions (215) que de touchdowns (170). Il a d’abord été un joueur important dans la fusion entre l’AFL et la NFL. 5 fois All-Star ou Pro Bowler, 2 fois MVP de l’AFL, il a également mené au titre les Jets lors du Super Bowl III face aux Colts (16-7). La franchise New Yorkaise n’était pourtant pas du tout favorite, et ce succès a donné de la crédibilité à l’AFL. A ce jour, cette victoire reste la seule dans l’histoire des Jets.

Sur le terrain, Joe Namath n’était peut-être pas toujours le QB le plus régulier, mais il est le premier à avoir franchi la barre des 4 000 yards sur une saison (en 14 matchs). C’était en 1967 et son record a tenu jusqu’en 1979. « Broadway Joe » est toujours numéro 1 dans l’histoire de la franchise en yards (27 057) et en touchdowns (170). Son numéro 12 a été retiré par les Jets et Namath est entré au Hall of Fame en 1985.

Son backup, Ken O’Brien, est le QB qui pointe à la deuxième place en yards (24 386) et en touchdowns (124) dans l’histoire des Jets. Il est également le numéro 1 en passes réussies (2 039). Avec O’Brien à la baguette, les Jets possédaient une attaque aérienne explosive. En 1985, sa meilleure saison, le QB mène la ligue avec un rating de 96.2 grâce notamment à 3 888 yards et 25 touchdowns.

Running-backs

Titulaire : Curtis Martin

Remplaçants : Freeman McNeil, Matt Snell

Initialement drafté par les Patriots au 3ème tour de la Draft 1995, Curtis Martin rejoint New York en 1998. A ce moment, il comptait déjà 3 saisons à plus de 1 000 yards à son actif, et il va enchaîner en rééditant la performance lors des 7 années qui suivent. Il ne dépasse pas cette barre que lors de sa dernière saison, en 2005. L’année précédente, il avait terminé leader de NFL à 31 ans, avec 1 697 yards. Leader de franchise en yards au sol (10 302) et en touchdowns au sol (58), Martin a vu son numéro 28 être retiré par les Jets, et il est entré au Hall of Fame en 2012.

En numéro 2, on retrouve Freeman McNeil, qui est le RB qui a joué le plus de match avec les Jets (144). Il pointe également à la 2ème position dans l’histoire de la franchise en yards (8 074) et à la 4ème en touchdowns (38). Joueur constant et solide, il dépasse la barre des 1 000 yards à deux reprises, en 1984 et 1985. Il mène également la NFL avec 786 yards lors d’une saison 1982 raccourcie par une grève des joueurs. McNeil compte 3 Pro Bowls à son actif.

Un petit mot sur Matt Snell, qui a été un Fullback productif pour les Jets. Son plus grand moment a lieu lors du Super Bowl III, lorsqu’il gagne 121 yards pour aider son équipe à remporter le titre. Snell est 4ème dans l’histoire de la franchise avec 4 285 yards.

Receveurs

Titulaires : Don Maynard, Wesley Walker, Wayne Chrebet

Remplaçants : Al Toon, George Sauer

Arrivé en 1960 de l’autre équipe de New York, les Giants, Don Maynard est le premier joueur à signer dans la franchise (les New York Titans à l’époque). Il devient immédiatement une menace dans la profondeur et gagne 1 265 yards lors de sa première saison. Il passera la barre des 1 000 yards durant quatre autres exercices. Maynard va vivre les 13 premières années de l’histoire de la franchise, avec le changement de nom en 1963 ou le Super Bowl III remporté en 1968.

Lorsqu’il prend sa retraite en 1973, il est numéro 1 de NFL avec 633 réceptions et 11 834 yards. Si ces stats ont depuis été battues, ses records de franchises tiennent toujours. Il est en effet toujours numéro 1 en réceptions (627), yards (11 732) et touchdowns (88). Son numéro 13 a été retiré par les Jets et il est entré au Hall of Fame en 1987.

Histoire des Jets - Don Maynard
Le numéro 13 de Don Maynard a été retiré par les Jets (photo : New York Jets)

Wesley Walker était lui la cible numéro de Ken O’Brien. A noter que le WR ne voyait que d’un œil. Après une belle saison rookie en 1977, il confirme en menant la NFL avec 1 169 yards l’année suivante. Cette année-là, il est All-Pro et reçoit une des ses deux sélections au Pro Bowl. Walker a joué l’intégralité de ses 13 saisons NFL chez les Jets, et il pointe toujours à la 2ème position en yards (8 306) et en touchdowns (71).

Quant à Wayne Chebret, il est le joueur de slot de cette équipe. Non drafté, il va devenir un excellent receveur pour les Jets et le meilleur sur le slot de son histoire. Son état d’esprit et sa ténacité ont marqué. En 11 saisons avec la franchise, il amasse 580 réceptions (n°2), 7 365 yards (n°3) et 41 touchdowns (n°3).

Al Toon et George Sauer sont des solutions de qualité sur le banc. Le premier formait une paire de WR redoutable avec Wesley Walker. Le second était l’autre partie du superbe duo avec Don Maynard.

Tight-ends

Titulaire : Mickey Shuler

Remplaçants : Rich Caster, Jerome Barkum

La position de TE n’est pas la meilleure mais un joueur se détache un peu, Mickey Shuler. Membre de l’équipe entre 1978 et 1991, il a notamment fait partie de l’excellente attaque aérienne avec O’Brien, Walker et Toon. Tight-end sûr et régulier, il est celui qui a joué le plus de match (160) à la position. Il est également numéro 1 en réceptions (438) et yards (4 819). Il ne pointe qu’à la seconde place en touchdowns, puisque Jerome Barkum en a marqué 40 en 158 matchs pour la franchise.

Ligne offensive

Titulaires : Winston Hill, Marvin Powell, Randy Rasmussen, Kevin Mawae, Nick Mangold

Remplaçants : D’Brickashaw Ferguson, Dan Alexander, Dave Herman, Joe Fields

De nombreux excellents Linemen offensifs sont passés par la franchise, et il n’est pas toujours facile de faire des choix. Cependant certains choix s’imposent, comme celui de Winston Hill. Le Left Tackle a joué 195 matchs consécutifs pour la franchise, et a protégé le côté aveugle de Joe Namath pendant de nombreuses saisons. Il était évidemment de la partie lors du Super Bowl gagné en 1968. All-Star ou Pro Bowler à 8 reprises, Hill est entré en 2020 au Hall of Fame. De l’autre côté, on retrouve Marvin Powell. All-Pro 3 fois et Pro Bowler 5 fois de suite entre 1979 et 1983, il faisait partie d’une ligne offensive qui dominait au sol.

Sur l’un des poste de Guard, on retrouve Randy Rasmussen, qui a joué 15 saisons et 207 matchs pour les Jets. Seul le Kicker Pat Leahy a eu une longévité supérieure. Il a été le dernier membre de l’équipe victorieuse du Super Bowl III à jouer. Ensuite, j’ai considéré fortement Dave Herman, mais j’ai décidé de tricher un peu.

Les Jets ont eu plusieurs centres exceptionnels durant leur histoire, avec Kevin Mawae, Nick Mangold ou encore Joe Fields. Le premier des trois est Hall of Famer depuis 2019, et il a débuté sa carrière comme Guard avant de dominer au Centre. Arrivé en même que Curtis Martin au club, Mawae a aidé le RB à faire des dégâts au sol. En 8 saisons avec les Jets, il est 2 fois All-Pro et 6 fois Pro Bowler. Nick Mangold lui a succédé et il a lui aussi été dominant, avec 2 All-Pro et 7 Pro Bowls en 11 ans de carrière.

Défense

Ligne défensive

Titulaires : Joe Klecko, Mark Gastineau, Gerry Philbin

Remplaçants : Marty Lyons, Shaun Ellis, John Abraham

Dans les années 80, les Jets possédaient une ligne défensive dévastatrice, appelée la « New York Sack Exchange ». Elle était composée de Joe Klecko et Marty Lyons à l’intérieur et de Mark Gastineau et Abdul Salaam sur l’extérieur. Le nom est donné en 1981, et même si Salaam est transféré en 1983, les trois autres vont continuer leurs exploits pendants quelques saisons. C’est notamment grâce à cette « New York Sack Exchange » (et au grand Lawrence Taylor également) que la NFL s’est mise à comptabiliser officiellement les sacks.

Histoire des Jets - New York Sack Exchange
La « New York Sack Exchange » (photo : Gang Green Nation)

Officiellement crédité de 24 sacks, Joe Klecko en compte en fait plutôt 77 en carrière pour les Jets, avec notamment une pointe à 20 en 1981. Seul Mark Gastineau fait mieux, avec 107.5 sacks (non officiels), dont un record de franchise de 22 en 1984. Pour revenir à Klecko, sa force était également sa polyvalence, puisqu’il a été invité au Pro Bowl sous 3 positions différentes (Nose Tackle, Defensive Tackle et Defensive End). Son numéro 73 a été retiré par les Jets.

Mark Gastineau reste le leader en sacks dans l’histoire de la franchise. All-Pro et Pro Bowler tous les ans entre 1982 et 1984, il mène la ligue en sacks en 1983 et 1984. Sa « Sack Dance » était une signature pour célébrer ses prouesses, mais il a dû arrêter lorsque la NFL l’a déclaré comme provocation. Son tempérament explosif tranchait avec le calme de Klecko.

J’ai ensuite hésité pour la dernière place, notamment entre Gerry Philbin et Shaun Ellis. Si ce dernier se positionne numéro 2 avec 72.5 sacks pour les Jets, j’ai tout de même privilégié le premier du fait de sa présence lors du seul Super Bowl remporté par la franchise. Et Philbin était l’un des leaders défensifs des Jets à ce moment.

Linebackers

Titulaires : Larry Grantham, Mo Lewis, David Harris, Kyle Clifton

Remplaçants : Marvin Jones, Al Atkinson

Joueur de la franchise dans les années 60, Larry Grantham a connu les 10 saisons des Titans/Jets en AFL. Une des premières stars défensives de l’équipe, il a été un membre clé lors de la saison qui mène à la victoire au Super Bowl III. A noter que Al Atkinson était également dans le corps de linebackers à ce moment. Il est certes difficile de comparer Grantham avec des linebackers plus contemporains du fait de l’absence de stats officielles (plaquages, sacks), mais aucun LB n’a intercepté autant de passes que lui (26). All-Pro et Pro Bowler à 5 reprises, il est le numéro 1 au poste dans l’histoire de la franchise.

Mo Lewis est un joueur connu pour plusieurs raisons. La première vient de ses belles performances avec les Jets, avec qui il a joué pas moins de 200 matchs. Défenseur complet, il a réussi 1 232 plaquages (n°2 de franchise), 52.5 sacks, 14 interceptions et 26 fumbles (n°1). La seconde vient du fait qu’il est le joueur qui a lancé la carrière de Tom Brady en NFL, en blessant Drew Bledsoe.

On retrouve également David Harris, qui était un des piliers de la défense de Rex Ryan, notamment lors des deux participations de la franchise à la finale de conférence AFC (2009 et 2010). En 10 saisons avec les Jets, il a totalisé 1 088 plaquages et 35 sacks.

Enfin, Kyle Clifton est le linebacker qui a joué le plus de matchs pour la franchise (204) et qui a réussi le plus de plaquages (1 484). Il a terminé leader de NFL lors de 3 saisons dans ce secteur, en 1985 (160 plaquages), en 1986 (174) et en 1988 (162).

Cornerbacks

Titulaires : Darrelle Revis, Aaron Glenn

Remplaçants : James Hasty, Bobby Jackson

Bienvenue sur « Revis Island ». Cornerback dominant lorsqu’il était au top, Darrelle Revis a joué ses meilleures saisons à New York. Et même s’il a remporté le Super Bowl lors de sa seule saison avec les rivaux Patriots, il a contribué à emmener les Jets deux fois de rang en finale AFC. Particulièrement fort dès ses débuts en NFL, il totalise 14 interceptions et 64 passes déviées en 3 saisons. Ensuite, les QB adverses testent Revis beaucoup moins souvent. Entre 2009 et 2011, il est All-Pro chaque saison, et il totalise 7 sélections au Pro Bowl (dont 5 comme membre des Jets). En deux passages par la franchise, il aura réussi 25 interceptions et 112 passes déviées en 108 matchs.

Avec 24 interceptions, Aaron Glenn et James Hasty arrivent juste en-dessous dans la hiérarchie. Le premier a joué les 8 premières saisons de sa carrière avec les Jets, et il a notamment été 2 fois Pro Bowler, en 1997 et 1998. Même chose pour le second, qui a évolué 7 saisons à New York, mais qui a connu plus de succès individuel en fin de carrière à Kansas City.

Safeties

Titulaires : Victor Green, Bill Baird

Remplaçants : Jamal Adams, Dainard Paulson

Non drafté, Victor Green s’est imposé comme l’un des meilleurs Safety de l’histoire des Jets. Strong Safety qui aimait venir en soutien sur les phases au sol, il affiche 859 plaquages avec la franchise. Et avec 24 interceptions, il pointe à la 4ème place ex-aequo. Le numéro 1 dans cet exercice est Bill Baird, qui a signé 34 interceptions pour la franchise New Yorkaise. Membre des Jets dans les années 60, il a remporté le Super Bowl III avec l’équipe. Après sa carrière de joueur, Baird est revenu au club dans les années 80, pour être coach des lignes secondaires.

Enfin, un petit mot sur Jamal Adams, qui est actuellement un des meilleurs Safety de NFL. Si son nombre d’interceptions reste modeste (2), son impact au sol et sur les blitzs est considérable pour la franchise. S’il reste au club dans la durée (ce qui n’est pas gagné), il devrait rapidement grimper les échelons.

Coachs

Principal : Weeb Ewbank

Assistants : Bill Parcells, Rex Ryan

Les Jets ont connu 19 coachs dans l’histoire, entre Sammy Baugh, qui s’est occupé des deux premières saisons et Adam Gase qui est en place depuis 2019. Mais un seul a réussi à remporter le graal, un Super Bowl. Weeb Ewbank est arrivé à la tête de la franchise en 1963, soit après 3 saisons d’existence. Même si son bilan en 11 saisons n’est pas exceptionnel (71-77-6), il a été l’architecte des plus gros succès de l’équipe. C’est grâce à lui (et Joe Namath) que les Jets réussissent l’un des plus gros exploits en battant les Colts lors du Super Bowl III, permettant ainsi à l’AFL de gagner en crédibilité et d’amener à une fusion avec la NFL. Ewbank est le coach qui dirigé le plus de matchs (154) et qui en a gagné le plus (71) dans l’histoire de la franchise.

Bill Parcells n’a dirigé la franchise que pendant 3 saisons, mais elles ont fait partie des plus belles de l’histoire des Jets. Arrivé en 1997 après deux saisons catastrophiques sous Rich Kotite (1-15 et 3-13), Parcells va remettre l’équipe dans le droit chemin. Dès 1997, le bilan est positif (9-7). En 1998, l’une des plus belles années de l’histoire des Jets, les hommes de Bill Parcells remportent 12 et la division AFC East puis atteignent la finale de conférence AFC. En 1999, l’objectif est le Super Bowl mais Vinny Testaverde se blesse gravement dès la 1ère journée. Malgré ça, les Jets terminent à l’équilibre (8-8). Le « Big Tuna » prend alors sa retraite avec un bilan de 29 victoires pour 19 défaites.

Quant à Rex Ryan, il a dirigé la franchise pendant 6 saisons entre 2009 et 2014, avec deux finales de conférence à la clé. Excellent coach défensif, Ryan n’a en revanche jamais réellement réussi à trouver la formule en attaque. A son départ en 2014, il affiche un bilan de 61 victoires pour 66 défaites.

Sources : North Jersey, NJ.com, Bleacher Report, Pro Football Reference, Pro Football Hall of Fame

Découvrez également l’équipe-type de l’histoire des Cardinals