Pour rentrer progressivement dans les finales de conférences, nous vous proposons des focus sur chaque équipe encore en lice. Direction le grand nord avec les Green Bay Packers, qui accueilleront leur première finale de conférence depuis qu’Aaron Rodgers est le Quarterback titulaire.


Informations sur le match

  • Dimanche 24 janvier, à 21h05
  • Lambeau Field, Green Bay, Wisconsin

Historique

Depuis qu’Aaron Rodgers est le Quarterback des Packers, la franchise a presque toujours été candidate au Super Bowl. L’équipe a participé 9 fois aux playoffs et a participé à 4 finales de conférence. Pourtant, le dernier titre de Green Bay remonte à 2010. Et alors que l’on pensait la fenêtre se refermer, avec des performances en légère baisse pour Rodgers, le QB a prouvé qu’il n’était pas fini en sortant une saison spectaculaire. Probable MVP de la saison, il mène une équipe qui a rarement été aussi efficace offensivement.

Parcours

Vainqueurs de 14 matchs en saison régulière, les Green Bay Packers ont donc perdu 2 matchs. Le dernier en date était une défaite en prolongations face à Indianapolis, et le premier était une gifle reçue à Tampa Bay. Un adversaire qu’ils vont donc retrouver en finale de conférence dimanche… Lors de leur premier match de playoffs, les Packers ont contrôlé et dominé les Rams (32-18).

Les deux équipes se sont donc déjà croisées lors de la Week 6, avec une victoire ronflante des Bucs 38-10. Rodgers avait alors connu son seul mauvais match de la saison, avec seulement 160 yards à la passe et 2 interceptions.

Points forts

L’attaque évidemment. On ne sait pas si c’est l’alchimie avec Matt LaFleur qui a pris ou si c’est le choix de Jordan Love lors de la Draft qui l’a motivé, mais Aaron Rodgers est en mission cette saison. Le QB a réussi plus de 70% de ses passes, pour 4 299 yards, et son ratio touchdowns – interceptions est toujours aussi incroyable. Rodgers a terminé leader de NFL avec 48 passes de touchdowns, et n’a lancé que 5 interceptions. Il devrait remporter son troisième trophée de MVP, après ceux de 2011 et 2014.

On a beaucoup parlé du manque d’armes pour Aaron Rodgers dans le jeu aérien, et les critiques ont été nombreuses lorsque l’équipe a décidé de ne pas prendre de WR au premier tour de la dernière Draft. Mais avec un QB à ce niveau, même les receveurs moyens ont l’air de Pro Bowlers. Un vrai Pro Bowler, les Packers en ont un en Davante Adams. Dominant cette saison, il affiche 115 réceptions, 1 374 yards et 18 touchdowns en 14 matchs. Il l’a encore montré lors du premier match de playoffs face à Jalen Ramsey, Adams est capable de battre n’importe quel défenseur. L’autre cible intéressante pour Aaron Rodgers et le TE Robert Tonyan, qui est notamment précieux en redzone (11 touchdowns). En ce qui concerne Marquez Valdes-Scantling et Allen Lazard, ils sont capables d’attraper une longue passe de touchdown de temps en temps.

Ce qui permet également à Aaron Rodgers de s’exprimer dans le système de Matt LaFleur, c’est l’équilibre offensif qui a été trouvé. A l’ombre des stars de son équipe, le Running-back Aaron Jones a de nouveau sorti une très belle saison, avec 1 104 yards et 9 touchdowns au sol, et 355 yards et 2 touchdowns dans les airs. Il a d’ailleurs été très bon face aux Rams, avec 99 yards et 1 touchdown au sol. Jamaal Williams et A.J Dillon ont également participé avec brio.

Green Bay Packers - Aaron Jones
Aaron Jones est important à l’équilibre offensif des Packers (Photo : Mark J. Rebilas-USA TODAY Sports)

La ligne offensive de Green Bay est elle d’une solidité remarquable, ce qui permet à Aaron Rodgers de souvent évoluer dans un fauteuil. On pensait que la perte sur blessure du Left Tackle David Bakthiari pourrait dérégler la machine, mais cette ligne a parfaitement répondu contre la redoutable défense des Rams.

Points faibles

Les Packers peuvent cacher des lacunes défensives grâce à leur attaque de feu. La seule zone un peu faible que l’on peut déceler avant cette finale de conférence est la défense contre le jeu au sol, et encore, Green Bay a bien corrigé le tir. La ligne défensive est un peu plus solide qu’en début de saison, ce qui couvre un les soucis au poste de linebacker. Lors du premier affrontement face à Tampa, Ronald Jones avait sorti un excellent match, et si les Bucs peuvent de nouveau mettre leur jeu au sol en place, cela rendra Tom Brady et l’attaque aérienne encore plus dangereuse.

Le pass-rush était moyen en début de saison, mais là aussi, c’est beaucoup mieux maintenant. Za’Darius Smith reste le plus dangereux, Preston Smith s’est repris après un départ manqué, et Rashan Gary monte en puissance.

Comment battre les Buccaneers ?

Le souvenir de la débâcle face à Tampa lors de la 6ème journée peut être présente dans les esprits, mais la franchise a fait un parcours presque sans faute depuis. A ce niveau de jeu, Aaron Rodgers peut découper n’importe quelle défense, et on l’a vu face à la numéro 1 de NFL lors du tour précédent. Mais pour qu’il soit le plus efficace possible, les Green Bay Packers devront continuer avec leur plan de jeu classique et équilibré.

L’objectif sera également de ralentir Tom Brady avant qu’il puisse lancer la balle à un de ses nombreux receveurs. Car si Jaire Alexander peut couvrir une des options, Green Bay n’a pas assez de stars derrière pour contrôler tout le monde. La meilleure idée est donc de mettre la pression sur Brady, avec un pass-rush intérieur et extérieur performant.


A lire également : Focus sur les Buffalo Bills