Pour rentrer progressivement dans les finales de conférences, nous vous proposons des focus sur chaque équipe encore en lice. On termine avec les Tampa Bay Buccaneers, qui ont retrouvé leur compétitivité et qui sont emmenés par le plus grand Quarterback de l’histoire en playoffs.


Informations sur le match

  • Dimanche 24 janvier, à 21h05
  • Lambeau Field, Green Bay, Wisconsin

Historique

En faisant venir Tom Brady cette saison, les Tampa Bay Buccaneers ont tenté un coup. Si l’objectif était avant tout de revenir en playoffs, 14 ans après la dernière participation, l’ambition était de remporter un Super Bowl. Le dernier titre de la franchise date de la saison 2002, et aucune victoire en playoffs n’est en vue depuis.

Parcours

Battus par les Saints à deux reprises pendant la saison régulière, les Buccaneers n’ont pu remporter la division AFC South. Ils se sont en revanche qualifiés pour les playoffs avant la fin de la saison, s’imposant comme un outsider sérieux. Au premier tour, malgré un match admirable de résilience de Washington, ils ont fait le boulot, et se sont offert le droit à une troisième bataille avec New Orleans. Et cette fois, Tampa Bay est sorti victorieux, grâce à une grosse performance de la défense, et à une attaque qui a su convertir les opportunités.

Lors de la 6ème journée de la saison régulière, les Bucs avaient détruit les Packers sur le score de 38-10. La défense de Tampa avait limité Aaron Rodgers à 160 yards et 2 interceptions, et Green Bay n’avait gagné que 201 yards au total. Offensivement, Ronald Jones avait dominé au sol avec 113 yards et 2 touchdowns, et Tom Brady n’avait pas eu à forcer (166 yards, 2 TD).

Points forts

La présence de Tom Brady, même à 43 ans, a changé cette équipe. L’expérience, l’intelligence de jeu et le talent naturel qu’il apporte à une organisation sont très précieux. Ce n’est évidemment pas un hasard si le QB va jouer sa 9ème finale de conférence en 10 ans et sa 14ème en carrière.

Mais au-delà de la présence de Brady, l’armada offensive des Bucs est surement inégalée en NFL. Mike Evans est un ami en or pour un Quarterback, notamment en redzone (13 TD), et il a sorti sa 7ème saison à plus de 1 000 yards en 7 saisons pro… Chris Godwin peut relâcher quelques ballons mais il est l’un des meilleurs WR numéro 2 de la ligue. Antonio Brown n’est plus le joueur électrique d’il y a quelques années, mais il a de beaux restes pour une 3ème option. Rob Gronkowski est moins dominant qu’à son top mais il peut encore punir des défenses. Et malgré tout ces receveurs de qualité, ce sont Cameron Brate et Leonard Fournette qui ont été le plus en vue face à New Orleans… Parlons de profondeur…

La ligne offensive joue également un rôle très important. Protéger un Quarterback de 43 ans, peu mobile, est primordial pour éviter les blessures et les erreurs, et cette OL rempli parfaitement sa mission. Donovan Smith est très solide à gauche, le rookie Tristan Wirfs a été admirable à droite, et l’intérieur est très solide avec notamment l’un des meilleurs Guard de NFL en Ali Marpet.

Points faibles

Si les Bucs utilisent beaucoup de blitzs, il y a plusieurs raisons. La première est la présence de joueurs de talent sur le front-seven, avec Ndamukong Suh à l’intérieur de la ligne défensive, Jason Pierre-Paul et Shaquil Barrett sur les extérieurs, ou Lavonte David et Devin White aux postes de linebackers. Des joueurs capables de créer le chaos sur la ligne et le backfield adverse, et de mettre la pression régulièrement sur les QB. La deuxième raison est une profondeur moyenne sur les lignes secondaires.

Tampa Bay Buccaneers Défense
Un front-seven explosif mais des lignes secondaires limitées (photo : Getty)

Le Cornerback Carlton Davis avait fait un très bon travail face à Davante Adams lors de la 6ème journée, et il a parfaitement contenu Michael Thomas le week-end dernier. Il aura de nouveau un tâche très difficile pour limiter l’impact d’un Adams en feu dimanche. L’autre satisfaction est le rookie Antoine Winfield, qui s’est vite imposé au poste de Safety. Mais globalement, Tampa n’a pas le talent suffisant pour constamment éteindre les attaques aériennes performantes (23ème de NFL cette saison dans ce secteur). Le besoin de mettre la pression est donc clé pour cette équipe, encore plus face à un joueur du calibre d’Aaron Rodgers.

Comment battre les Packers ?

Il y a peu de chances d’avoir le même match que lors de la Week 6, avec cette large victoire des Tampa Bay Buccaneers. Aaron Rodgers et Davante Adams sont en feu, et la défense des Bucs devra absolument mettre la pression souvent sur le QB pour éviter qu’il trouve ses receveurs dans la profondeur. Si Taylor Heinicke et Drew Brees n’avaient pas les ressources pour tester régulièrement les lignes secondaires de Tampa, Aaron Rodgers n’aura aucun mal s’il a le temps.

Offensivement, les Bucs ont eu du succès au sol face à New Orleans grâce au duo Leonard Fournette – Ronald Jones. Installer ce jeu au sol pourrait permettre d’ouvrir encore plus le jeu de passes. Et de son côté, Tom Brady, s’il est bien protégé, devrait pouvoir exploiter les qualités de ses receveurs, tout en évitant le côté de Jaire Alexander.


A lire également : Focus sur les Green Bay Packers